Football : quand la Hongrie surclassait la France

, modifié à
  • A
  • A
Hongrie football
Trois joueurs hongrois (Zoltan Czibor, Nandor Hidegkuti et Sandor Kocsis) qui ont participé à la victoire contre la France en 1956. © STAFF / INTERCONTINENTALE / AFP
Partagez sur :
La grande Hongrie de Ferenc Puskas, attaquant légendaire du pays, ne faisait qu'une bouchée de l'équipe de France dans les années 1950-1960. Retour sur une décennie de domination hongroise à l'occasion des retrouvailles entre les deux équipes samedi, pour la deuxième journée du groupe F de l'Euro 2020.

Une rencontre de phase groupes de l'Euro 2020 qui peut paraître anecdotique. La Hongrie attend l'équipe de France à Budapest pour la deuxième journée de la phase de groupes samedi (15 heures). Les Bleus partent favoris contre le "petit poucet" de la poule F, mais il en était tout autre dans l'histoire du football. Les Hongrois mènent toujours au total des confrontations directes contre les Français (12 victoires pour 8 défaites, deux matches nuls), grâce notamment à une domination sans précédent durant la décennie 1950-1960.

La série d'invincibilité de la Hongrie contre les Bleus (neuf matches sans défaite) prend fin dans les années 1970, quand son football décline tandis que celui de la France renaît. Mais la démonstration des Magyars, autre nom du peuple hongrois, contre les Français a marqué toute une génération.

Kopa face à Puskas

En 1956, l'équipe de France de football ne totalise que deux victoires face à la Hongrie en sept matches officiels. Si la génération dorée des Bleus pointe le bout de son nez (Raymond Kopa, Just Fontaine, Roger Piantoni…), malgré des échecs à répétition, celle de la Hongrie fait déjà sensation dans le monde du football. La sélection A de l'attaquant légendaire Ferenc Puskas brille par son jeu collectif nouveau insufflé par le sélectionneur hongrois communiste Gusztav Sebes. Après une finale à la Coupe du monde 1954, la Hongrie perd de sa superbe, et son sélectionneur est limogé. C'est dans ce contexte qu'elle vient prendre sa revanche contre l'équipe de France à Colombes, là où elle avait échoué en 1935 (2-0), lors d'un match amical le 7 octobre 1956 (1-2).

https://m.ina.fr/video/CAF95009762/football-france-hongrie-video.html 

Au cours de ce match, la France manque de peu de prendre l'avantage et s'incline finalement sur un but de la tête. C'est l'unique rencontre que Ferenc Puskas a jouée contre la France sous la tunique hongroise, alors que les chars russes écrasent l'insurrection du peuple à Budapest à la fin de l'année 1956. Le gouvernement hongrois est renversé, et la légende du football décide de ne pas retourner dans son pays d'origine. L'année suivante, un nouveau match amical est organisé entre les deux pays, cette fois-ci en Hongrie où l'équipe, contrainte de se reconstruire sans ses stars, s'impose facilement 2 buts à 0.

Démonstration du jeu hongrois

De l'eau a coulé sous les ponts le 11 novembre 1962, date d'une nouvelle confrontation entre les deux nations. Ferenc Puskas a terminé deuxième pour le Ballon d'Or de 1960, mais a pris la nationalité espagnole un an plus tard. Un choix qui ne serait plus permis aujourd'hui, l'attaquant ayant joué des rencontres avec l'équipe A de Hongrie. La sélection hongroise continue de se reconstruire, tout comme la France qui sort d'une non qualification au Mondial 1962. A Colombes, le match amical tourne encore à l'avantage des Hongrois qui arrachent la victoire (2-3).

Les deux oppositions suivantes entre la France et la Hongrie vont, elles, vraiment compter. C'est une double opposition, en avril et mai 1964, pour déterminer qui va disputer les demi-finales de la deuxième "Coupe d'Europe des nations". Les Tricolores accueillent les Magyars à Colombes le 25 avril au match aller, mais ce sont bien les visiteurs qui récitent leur football.

https://www.youtube.com/watch?v=5af4ts83NFY

La Hongrie mène rapidement 2-0 à la mi-temps grâce à son duo offensif Florian Albert-Lajos Tichy, et gagne finalement l'aller sur le score de 3 buts à 1. Un retard de deux buts trop difficile à combler au match retour pour les joueurs de l'équipe de France, qui s'inclinent de nouveau contre les Hongrois, à Budapest le 23 mai 1964 (2-1).

6, la plus longue série de défaites

Cinquième défaite consécutive pour la France face à la Hongrie, avant une nouvelle désillusion. Le 28 septembre 1966, les partenaires de Philippe Gondet et Hervé Revelli, deux des attaquants français, se déplacent à Budapest pour un autre match amical contre la Hongrie, après une Coupe du monde 1966 décevante (élimination au premier tour). Les Magyars sont dans une toute autre dynamique : demi-finaliste à la Coupe d'Europe 1964 et quart de finaliste au Mondial 1966.

https://www.youtube.com/watch?v=gBJIto7u68c

Ce jour-là, l'attaquant hongrois Janos Farkas réalise une performance de haute volée en marquant quatre buts contre la France, suffisant pour s'imposer une fois de plus malgré les réalisations de Gondet et Revelli (4-2). Il s'agit du sixième match remporté par la Hongrie face à la France, soit la plus longue série de défaites des Bleus contre les Magyars. Une série qui prend fin lors de la décennie suivante, en 1971, en qualifications pour l'Euro 1972, où la France concède le match nul à l'aller avant de perdre chez elle au retour.

Les confrontations directes entre les deux équipes tournent depuis à l'avantage de l'équipe de France, qui reste sur cinq victoires d'affilée contre la Hongrie depuis 1978. Les deux nations ne sont plus autant croisées depuis les années 1970, et elles se retrouvent samedi, à Budapest, pour la deuxième journée de l'Euro 2020. Ironie de l'histoire, les Bleus pourraient infliger une sixième défaite consécutive contre ses rivaux hongrois, un beau clin d'œil au passé.

Europe 1
Par Gauthier Delomez