Football : l'OM sera-t-il racheté ?

, modifié à
  • A
  • A
Selon Europe 1, le projet de reprise de rachat de l'OM est bouclé. 1:20
Selon Europe 1, le projet de reprise de rachat de l'OM est bouclé. © Boris HORVAT / AFP
Partagez sur :
Le projet de rachat de l'Olympique de Marseille par l'homme d'affaires Mohamed Ajroudi, porté en grande pompe par Mourad Boudjellal dans les médias, est-il en voie de se concrétiser ? Le propriétaire américain Franck McCourt assure encore et toujours que le club n’est pas à vendre. 

La partie de poker menteur est à son paroxysme dans la cité phocéenne. Selon les informations d'Europe 1, le projet porté par l'homme d'affaires franco-tunisien Mohamed Ajroudi pour le rachat de l'Olympique de Marseille est désormais bouclé. Mais l'actuel propriétaire, Frank McCourt, a fait savoir catégoriquement qu'il ne souhaitait pas se séparer du club. Peut-il finalement changer d'avis et ouvrir des négociations ?

Officiellement, la réponse est toujours non du côté de l'Américain. Jointe dans la soirée de jeudi, la porte-parole de Frank McCourt a démenti une énième fois toute intention de l'homme d'affaires de se séparer d'un club auquel il est très attaché. "Il n'y a aucun début de négociations, comme cela a pu être écrit, ni même le moindre contact", assure-t-elle.

Zinédine Zidane au cœur du projet ?

Pendant ce temps, Mohamed Ajroudi continue d'avancer ses pions. Selon trois sources contactées par Europe 1, le projet de reprise est bouclé, prêt à être soumis à Frank McCourt si celui veut bien ouvrir la porte. Dans une interview au Figaro, le Franco-Tunisien, présent en France depuis quelques jours, assure que l'organigramme virtuel pourrait se mettre au travail dès demain avec Mourad Boudjellal dans le costume du président. Il fait saliver des supporters chauffés à blanc en évoquant des personnalités amoureuses de l'OM, comme Zinedine Zidane.

Mohamed Ajroudi apporte aussi quelques bémols. La somme qu'il souhaite investir avec ses associés n'est pas de 700 millions d'euros. "On en est loin", précise-t-il, expliquant aussi qu'il n'est pas pressé. "On veut faire un gentleman's agreement avec le propriétaire actuel. Les chiffres diront s'il va continuer ou céder." Pour l'instant, au moins en public, chacun campe sur ses positions alors que les joueurs poursuivent paisiblement leur préparation d'avant-saison au Portugal, loin du tumulte.

Europe 1
Par Jean-François Pérès, édité par Baptiste Denis