OM : la bataille du clan McCourt contre le projet de rachat

, modifié à
  • A
  • A
Le propriétaire de l'OM Franck McCourt, à gauche, avec le président du club Jacques-Henri Eyraud. 1:15
Le propriétaire de l'OM Franck McCourt, à gauche, avec le président du club Jacques-Henri Eyraud. © AFP
Partagez sur :
Un projet de rachat de l’OM, monté avec des fonds saoudiens et représenté par Mourad Boudjellal, agite la Canebière depuis une semaine. Mais le propriétaire américain Franck McCourt est monté au créneau ces derniers jours pour assurer que le club n’est pas à vendre.

Depuis une semaine, l’OM vit une nouvelle période de turbulences. Un projet de rachat du club phocéen, dans une situation financière difficile mais qui s’est qualifié pour la prochaine Ligue des champions grâce à une belle deuxième place en Ligue 1, a été présenté ces derniers jours dans les médias. L’homme d’affaires franco-tunisien Mohamed Ayachi Ajroudi, associé à l'ex-président du club de rugby de Toulon Mourad Boudjellal, a ainsi affirmé travailler à un rachat avec des fonds saoudiens.

Sauf que l’actuelle direction de l’OM, actuellement propriété de l’Américain Franck McCourt, dément toute velléité de vente. Un proche du président Jacques-Henri Eyraud déplore : "Quand quelque chose n'est pas à vendre, la seule solution est de mettre la pression. De toute façon, ce projet n'est pas sérieux. Ils avaient promis des annonces, et rien n'arrive." Europe 1 fait le point sur cette véritable bataille rangée autour du projet de rachat du bouillant club phocéen.

L’agacement de la direction actuelle de l’OM

Au bout du fil, les interlocuteurs contactés par Europe 1 se montrent offensifs comme rarement. "Dites à vos auditeurs, une bonne fois pour toutes, que l'Olympique de Marseille n'est pas à vendre", nous glisse une porte-parole de Frank McCourt, excédée par ce qu'elle considère comme une tentative de déstabilisation. L'actuel propriétaire américain, poursuit-elle, "s'est engagé sur le long terme. Il est très attaché à l'OM et en aucun cas, il ne compte céder la place".

Le discours au siège du club est le même, où on assure préparer la prochaine saison dans la "sérénité". Les joueurs sont en stage au Portugal, alors que les signatures et prolongations de contrats se multiplient. La prolongation de Dimitri Payet, avec une nette baisse de salaire, a été annoncée samedi, alors que l’OM espère en faire autant avec d’autres joueurs comme Steve Mandanda ou Florian Thauvin. L’OM a également annoncé mercredi la signature pour quatre ans de Pape Gueye, un prometteur milieu défensif de 21 ans en fin de contrat au Havre (Ligue 2), et la levée de l’option d’achat de l’excellent défenseur espagnol Alvaro Gonzalez, prêté la saison passée par Villareal.

De nombreuses questions autour du projet de rachat

Dans le collimateur des dirigeants de l'OM se trouve en premier lieu Mourad Boudjellal, accusé de vouloir retourner les supporters. La photo d'une réunion des acheteurs potentiels a ainsi opportunément fuité sur les réseaux sociaux. Et le pilier du projet, le franco-tunisien Mohamed Ajroudi, laisse perplexe les observateurs avec un discours très "politique". S'intéresse-t-il vraiment à l'OM ou joue-t-il une carte personnelle pour ses affaires ou son avenir en Tunisie ? C'est une hypothèse.

Et puis quelle est la réelle implication des mystérieux investisseurs du Golfe ? Qui sont-ils ? On évoque tout de même le patron du fonds souverain d'Arabie Saoudite ou encore le président de la fédération saoudienne de football, qui interviendrait au nom du prince héritier Mohamed Ben Salmane, qui ne veut plus laisser le terrain de la diplomatie sportive au seul rival qatari, propriétaire du PSG. Seule la présentation concrète et chiffrée de ce projet de rachat permettra de dissiper l'épais brouillard qui entoure ce drôle de dossier.