Christophe Bouchet sur le rachat de l'OM : "J'ai l'intuition que McCourt accepterait une belle offre"

, modifié à
  • A
  • A
8:03
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :
Que pense Christophe Bouchet, ancien président de l'OM, du projet de rachat du club, monté avec des fonds saoudiens et représenté par Mourad Boudjellal ? Europe 1 lui a posé la question, jeudi matin. 

L’Olympique de Marseille, il connait. Il en a été le président entre 2002 et 2004. Christophe Bouchet a donc un regard aiguisé sur la période agitée que traverse actuellement l’OM, entre annonces tapageuses de rachat et démentis agacés de l’actuel propriétaire. Jeudi matin, celui qui est actuellement maire de Tours est venu sur Europe 1 pour dire ce qu’il pensait de la méthode employée par Mourad Boudjellal, très offensif dans les médias.

"Je ne suis pas sûr que les supporters se laissent piéger"

"Elle n’est pas bonne. Au minimum, ce n’est pas courtois. C’est un peu grossier. Je ne pense pas que l’on procède comme cela. L’OM a déjà vécu des épisodes douloureux en la matière. On se souvient de l’affaire Kachkar : il était venu à Marseille, avait fait le tour du stade, était entré dans le vestiaire… pour finalement ne pas racheter l’OM !", juge-t-il, avant de s’exprimer sur une autre initiative de Mourad Boudjellal, qui a rencontré les supporters de l’OM dans la semaine. Une bonne idée ? "C’est jouer avec les allumettes ! C’est très dangereux. Je ne suis pas sûr que les supporters se laissent piéger."

S’il juge que la méthode "n’est pas bonne", Christophe Bouchet reconnait une chose : "Si une très belle offre passe, ce sera très difficile pour McCourt de la refuser vu les montants investis. J'ai l'intuition qu'il accepterait une belle offre. Au début, il voulait gagner de l'argent avec le foot, je pense qu'il a compris que c'est quasi impossible". Et de conclure : "On voit bien que les Etats du Moyen Orient utilisent le foot pour leur influence, donc c'est envisageable que l'Arabie Saoudite souhaite investir en France. Mais il faut faire attention à ces intérêts d'un temps".