Foot : le PSG soutient Neymar qui se dit victime d'injures racistes

, modifié à
  • A
  • A
Neymar Jr a accusé le marseillais Alvaro Gonzalez d'avoir proféré des insultes racistes à son égard.
Neymar Jr a accusé le marseillais Alvaro Gonzalez d'avoir proféré des insultes racistes à son égard. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Au lendemain de la défaite du PSG face à l'OM, le club parisien a apporté son soutien à Neymar Jr, qui a accusé le marseillais Alvaro Gonzalez d'avoir proféré des insultes racistes à son égard. Le club phocéen a de son côté défendu son joueur. 

Le Paris SG a apporté son soutien lundi à son joueur-vedette Neymar qui s'est dit victime d'injures racistes dimanchedurant le "Clasico" perdu à domicile (1-0) contre Marseille. "Le Paris Saint-Germain soutient fermement Neymar Jr qui lui a rapporté avoir été victime d'insultes racistes par un joueur adverse (...) Le Paris Saint-Germain compte sur la commission de discipline de la LFP pour enquêter et faire la lumière sur ces faits", a indiqué le champion de France et vice-champion d'Europe dans un communiqué. Tout comportement raciste est passible d'une suspension maximale de dix matches. 

L'OM a rapidement répliqué pour défendre, par communiqué interposé, son défenseur Alvaro Gonzalez, accusé par Neymar d'avoir préféré des injures racistes. 

Découvrez le podcast "Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris" 

Saviez-vous que le Paris Saint-Germain a failli ne pas voir le jour ? Son éclosion, il y a 50 ans, tient même du miracle. Le club ne doit sa survie qu'à la volonté d'acier d'hommes passionnés. 

Découvrez cette histoire dans "Associé n°1, la naissance d'un grand club à Paris", le nouveau podcast d’Europe 1 Studio, et remontez le temps, aux origines du PSG.

>>> Retrouvez les épisodes sur notre site Europe 1.fr et sur Apple podcasts, SoundCloud ou vos plateformes d’écoute habituelles.

"Il n'y a pas de place pour les gens qui proclament la haine ou le racisme"

Une décision sur cette affaire est attendue mercredi dans la soirée, pendant que le PSG affrontera Metz en match en retard de la première journée. De nombreuses personnalités du football brésilien ont affiché leur solidarité avec la star du Paris SG.  "Dans le sport (...) il n'y a pas de place pour les gens qui proclament la haine ou le racisme. Ne te laisse pas guider par la haine, mon frère", a écrit sur Instagram Daniel Alves, ex-coéquipier de "Ney" au FC Barcelone, au Paris SG et en sélection brésilienne.

"L'amour est la seule façon de combattre la haine", a conclu le latéral de 37 ans, qui évolue actuellement au Sao Paulo FC. 

L'OM défend Alvaro Gonzalez 

L'OM, vainqueur dimanche pour la première fois du "Clasico" en neuf ans, a rapidement répliqué. "Alvaro Gonzalez n'est pas raciste, il nous l'a démontré par son comportement au quotidien depuis son arrivée au club, ainsi qu'en ont déjà témoigné ses coéquipiers", écrit le club phocéen, qui se qualifie de "symbole-même de l'antiracisme dans le sport professionnel français". "Le club se tient à la disposition de la commission de discipline pour coopérer pleinement à l'enquête sur l'ensemble des évènements qui ont émaillé cette rencontre, et les 24 heures qui les ont précédés", poursuit le texte.

C'est donc la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) qui se retrouve en première ligne. Elle a annoncé en début d'après-midi qu'elle allait se pencher dès mercredi sur les cinq cartons rouges distribués à la fin du match pour déterminer le nombre de matches de suspension encourus par les Parisiens Neymar, Layvin Kurzawa et Leandro Paredes, et par les Marseillais Dario Benedetto et Jordan Amavi.