Ligue 1 : exclu, Neymar dénonce le "racisme" du Marseillais Alvaro Gonzalez

, modifié à
  • A
  • A
Neymar PSG Paris
Neymar a accusé son adversaire marseillais Alvaro Gonzalez de "racisme", dimanche soir. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
La star brésilienne du Paris Saint-Germain, Neymar, a dénoncé le "racisme" de son adversaire Alvaro Gonzalez lors de la rencontre face à l'Olympique de Marseille, dimanche soir. "Quel racisme ?", a répliqué Alvaro Gonzalez, selon Téléfoot, tandis que le meneur de jeu parisien a regretté de ne pas l'avoir frappé.

La star du Paris Saint-Germain Neymar a dénoncé à de multiples reprises, lors de la rencontre perdue face à Marseille, le "racisme" de son adversaire marseillais Alvaro Gonzalez, lors d'un match très tendu qui s'est soldé par cinq exclusions, dont celle du Brésilien.

Selon des images isolées et diffusées par la chaîne Téléfoot, Neymar s'est plaint peu après la demi-heure de jeu auprès du corps arbitral, en répétant à de très nombreuses reprises "racismo, no" ("le racisme, non"), en pointant le défenseur espagnol de l'OM, chargé de le marquer. "Quel racisme ?", a répliqué Alvaro Gonzalez, selon Téléfoot.

Le "regret" de Neymar

En toute fin de match, après un embryon de bagarre générale, Neymar fut l'un des cinq joueurs exclus par l'arbitre, pour avoir adressé une gifle sur l'arrière du crâne d'Alvaro Gonzalez. "Regardez le racisme. C'est pour ça que je l'ai frappé", a dit le Brésilien en quittant la pelouse. "Mon seul regret c'est de ne pas avoir frappé ce connard au visage", a tweeté la superstar brésilienne une heure après la rencontre.

Neymar "m'a dit que c'était une insulte raciste, mais je n'ai pas entendu sur le terrain", a expliqué l'entraîneur du PSG, Thomas Tuchel, en conférence de presse. "Il y a les images de la télévision, les choses seront jugées", a pour sa part réagi le directeur sportif du club parisien, Leonardo, sur Téléfoot.

"Neymar était un peu énervé, j'espère qu'on n'a rien à voir. J'espère que ça ne va pas mettre du noir sur notre victoire. Il n'y pas de place pour le racisme dans le foot. Je ne pense pas que ce soit le cas. il y a aussi un crachat de Di Maria. C'est un Clasico. J'espère que ce n'était pas le cas", a de son côté réagi l'entraîneur marseillais, André Villas-Boas.