Y a-t-il un effet Coupe du monde sur le foot féminin ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L’ENQUÊTE DE LA RÉDACTION - C'est une rentrée très attendue pour le foot féminin. Dans la foulée d'une coupe du monde française réussie, tout le milieu se prépare à changer de dimension : arrivée de nouveaux sponsors, augmentation des inscriptions.
ENQUÊTE

Dimanche, 1.500 spectateurs étaient présents pour le match de reprise du PSG, soit deux fois plus que pour le même match l'an passé. Le mondial féminin de cet été permet d'attirer un nouveau public, comme Gislaine qui est venue pour la première fois, avec son mari et sa fille : "C'est la coupe du monde de foot féminin qui nous a donnée envie de venir" réagit-elle. "Nous aimons le PSG mais notre de fille de 6 ans est un peu petite pour aller au Parc des princes. C'est un bon compromis de venir voir Paris dans une ambiance un peu plus cool" poursuit son mari.

Elles sont joueuses, arbitres, coachs, agents, supportrices : découvrez "Les Attaquantes", le podcast qui raconte les femmes dans le foot, une série originale en 7 épisodes sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloudDailymotionYouTube, et toutes vos plateformes habituelles d’écoute. Et si vous appréciez, abonnez-vous, commentez et ajoutez des étoiles !

Nouveau public mais aussi nouveau business pour la D1. Le mondial a attiré un gros sponsor, Arkema, qui donne 1 million d'euros par an aux clubs. Beaucoup d'entreprises approchent aussi des clubs et les salaires commencent à augmenter.

Le foot amateur comme grand gagnant

Mais surtout, le grand gagnant est le foot amateur. Aujourd'hui on compte 185 000 licenciées et la barre des 200 000 inscrites va être franchie cette année. Pour le président du Viking club à Paris, Gustave Tollgerdt, l'effet coupe du monde est indéniable : "Nous sommes au mois d'août mais il y a plusieurs appels et mails par jour. Je viens d'avoir un appel de mon responsable pour me demander d'augmenter le volume d'équipement car le volume de joueuses inscrites a triplé."

Tous les clubs assistent au même phénomène et certains s'attendent à une hausse de 20% voire 30% des inscriptions.

Des investissements sur tout le territoire

Pour la suite, Noël Le Graët, le président de la Fédération de football, annonce des investissements : "La Fédération crée sur tout le territoire des centres d'entrainement importants et nous sommes à 700. Une dizaine de centres vont être créés d'ici deux ans et nous avons embauché des techniciens de bonne valeur, proche de ce qui se fait pour les garçons."

La fédération et la ligue tiennent des réunions régulières pour booster la discipline. Beaucoup d'idées sont à l'étude dont une que révèle Europe 1 : l'argent récolté par la ligue de football, lors du prochain appel d'offre pour les droits télé, serait en partie reversé au foot féminin.

Une affluence qui reste faible

Néanmoins, l'affluence dans les stades reste faible. Le chiffre était de 500 spectateurs par match l'an dernier en championnat. Cette année, sur un week-end, il y a du mieux mais on est loin de remplir les stades. Même si 1.500 personnes étaient en tribune dimanche à Paris, le stade avait une capacité de 20 000 places. Une affluence qui en dit long aussi sur le modèle économique du foot féminin, loin d'être à l'équilibre.

Europe 1
Par Simon Ruben