Alain Minc sur le tennis : "Je veux être classé avec les femmes, mon classement serait meilleur"

  • A
  • A
Partagez sur :
Le conseiller des politiques et des hommes d'affaires pratique le tennis avec assiduité. Mais regrette de ne pas pouvoir être mieux classé avec son physique "poids plume".
INTERVIEW

Alain Minc est économiste et conseiller politique. Mais il est aussi un grand passionné de tennis qui pratique quatre à cinq fois par semaine depuis quarante ans. Il a expliqué les raisons de cet attrait de longue durée pour les courts au micro de Bernard Poirette, dimanche, alors que débute le tournoi de Roland-Garros.

"Un sport où vous arrivez à vous libérer de la part de vice en vous"

Peu importe le temps qui passe, l'intellectuel estime s'améliorer sur un terrain : "À un certain âge, il faut trouver un domaine où on progresse parce qu’on régresse dans tout. Moi, je régresse intellectuellement, ma mémoire flanche, mon style perd en densité mais au tennis, je progresse et rien que ça, ça justifie cette passion", annonce Alain Minc. Il balaye les effets du vieillissement sur ses performances : "Un petit maigre trouve de ce point de vue un avantage. De la même manière au tennis, la grande joie d’un petit, c’est de lober un grand. Je suis assez bon en lob et je me dis 'Ça rattrape toutes les fois où je devais lever la tête pour lui parler'. Il y a des tas de compensations", glisse le conseiller dont on perçoit l'esprit compétitif, avant qu'il ne poursuive : "C’est un sport où vous arrivez à vous libérer de la part de vice qu’il y a en vous sans que ce soit trop dommageable pour la société. La petite amortie perverse au filet, ça vous décharge de toute votre perversité de la journée."

Si le sport de raquette lui permet ainsi de se libérer l'esprit, c'est au niveau du physique qu'il a une "grande revendication". "Au nom de l’égalité, j’ai écrit une note à la Fédération (française de tennis) en disant que je voulais être classé avec les femmes parce que je ne vois pas pourquoi, ayant le poids d’une femme, la taille de beaucoup de femmes, une musculation qui n’est pas celle d’un géant, pourquoi je serais face à des types qui ont au départ un avantage ?" Et d'ajouter : "Je n’ai pas eu de réponse mais je veux être classé avec les femmes, mon classement serait bien meilleur."

"Comme tous les vieux, j'aime Federer"

Quant à l'actualité sportive et au tournoi sur terre battue qui commence aux serres d'Auteuil, il passe désormais son tour. "Je regarde de moins en moins. Je suis allé à Roland-Garros pendant des décennies et maintenant, je ne regarde plus, d’abord parce qu’ils sont dans un autre monde que le mien. Comme tous les vieux, j’aime Federer, parce qu’il arrive à tenir un âge significatif (37 ans) mais ça n’est pas mon sujet", conclut-il en indiquant devoir partir… pour aller taper la petite balle jaune.