Richard Gasquet sur les favoris à Roland-Garros : "Ils ont tout d'un peu plus fort"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité d'Europe 1 à deux jours de Roland-Garros, Richard Gasquet explique pourquoi aucun joueur français n'a réussi à succéder à Yannick Noah au palmarès du tournoi parisien.
INTERVIEW

Qu'attendre des Bleus à Roland-Garros ? Un an après une édition 2018 pendant laquelle, pour la première fois depuis onze ans, aucun joueur tricolore n'avait atteint la deuxième semaine, les fers de lance du tennis français abordent une nouvelle fois le tournoi parisien entre résultats en dents de scie et méforme physique. Alors que le public attend toujours un successeur à Yannick Noah, vainqueur en 1983, Richard Gasquet, invité vendredi de Nikos Aliagas, rappelle l'écart qui le sépare, lui et ses compatriotes, des meilleurs joueurs du circuit.  

"Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils ont tous les deux fait des demi-finales", rappelle le natif de Béziers, 39ème mondial, évoquant également son propre quart de finale en 2016. Mais, avance-t-il, "à chaque fois, on tombe sur Rafael Nadal, Novak Djokovic, Andy Murray, Roger Federer". Face à ces quatre grands champions, qui dominent le tennis mondial depuis de longues années, Richard Gasquet réfute pourtant l'existence d'un blocage psychologique. "C'est nous qui sommes moins forts qu'eux. Sur les grands matches, ils nous ont toujours battus. C'est technique". 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Ils ont tout d'un peu plus fort (...) que ce soit au niveau technique, physique", continue le Français. Et d'évoquer le cas de Roger Federer, qui revient Porte d'Auteuil pour la première fois depuis quatre ans, à 37 ans. "Personne peut se comparer à lui, c'est le plus grand tennisman de l'histoire".

"Je n'ai pas les objectifs que je pouvais avoir les années précédentes"

Après un début de saison compliqué par les blessures, l'ancien demi-finaliste de Wimbledon a une nouvelle fois dû déclarer forfait mercredi, au deuxième tour du tournoi de Lyon. Mais il ne cache pas pour autant son plaisir de fouler à nouveau la terre battue parisienne : "C'est toujours un grand plaisir de jouer à Roland Garros, même si je n'ai pas les objectifs que je pouvais avoir les années précédentes". Et de promettre : "Je vais faire le maximum".

Interrogé sur la relève, Richard Gasquet cite notamment l'Allemand Alexander Zverev, 5ème mondial, le Grec Tsitsipas, récent demi-finaliste à l'Open d'Australie en janvier, ou encore les jeunes sensations canadiennes Denis Shapovalov et Felix Auger-Aliassime. Mais, nuance-t-il, "les trois meilleurs joueurs de l'histoire (Nadal, Federer, Djokovic) sont encore là aujourd'hui". D'ailleurs, le joueur entraîné par Thierry Tulasne et Fabrice Santoro voit une nouvelle fois Rafael Nadal, onze fois vainqueur et double tenant du titre, "grandissime favori". 

 

Un dress code à Roland-Garros : "On est en 2019, chacun porte ce qu'il veut"

Questionné sur une éventuelle instauration d'un dress code pour les joueurs à Roland-Garros, à l'instar de la tradition en vigueur à Wimbledon, Richard Gasquet s'est montré opposé à une telle mesure, comme le directeur du tournoi Guy Forget avant lui. "On est en 2019, chacun porte ce qu'il veut", juge le Français. Et de rappeler l'exemple du short en jean d'André Agassi, à la fin des années 80 : "tout le monde en parle encore aujourd'hui".