Accor investit dans le PSG : ce partenariat "va nous donner accès à une clientèle beaucoup plus jeune", estime Sébastien Bazin

  • A
  • A
Sébastien Bazin aux côtés de Nasser Al-Khelaïfi, PDG du PSG, en 2013. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Dans les colonnes du "Journal du dimanche", le PDG d'Accor, Sébastien Bazin, revient sur l'investissement de 225 millions d'euros de son groupe sur le maillot du PSG. 

En devenant le prochain sponsor officiel du maillot du PSG, Accor (ex-Accor Hotels) fait du "marketing émotionnel". C'est en tout cas comme ça que le présente le PDG du groupe, Sébastien Bazin, dans les colonnes du JDD.

De "l'obsession du produit à celle du client". En engageant 225 millions d'euros dans "ce plan qui combine marketing, distribution et fidélisation", le groupe Accor veut "créer un environnement pour être dans la tête du voyageur", explique le PDG. Et c'est son nouveau programme de fidélité baptisé ALL, pour Accor Live Limitless, que le groupe compte mettre en avant sur les maillots de Neymar, Cavani et autre Mbappé. Car pour devenir "la préférence des clients", Accor a changé de stratégie en passant de "l’obsession du produit à celle du client", analyse Sébastien Bazin. 

Doubler le nombre de membres de ALL. Une obsession sur laquelle le groupe se base pour espérer faire passer son nombre de membres de son programme fidélité de 55 à 100 millions d'ici quelques années. "Nous avons sondé 40.000 de nos membres actuels dans 30 pays sur leurs passions. Le sport figurait dans le trio de tête avec la gastronomie et les spectacles", révèle-t-il. "Notre promesse, c’est de leur proposer une expérience unique que l’argent ne peut pas offrir : rencontrer les joueurs du PSG, assister à un concert backstage ou suivre un cours de cuisine avec un chef. C’est une dimension qui doit permettre de renforcer nos liens".

Amener une clientèle "plus jeune et fortement présente là où nous sommes". Et figurer sur le maillot d'un "des clubs de football les plus puissants sur les réseaux sociaux [...] va nous donner accès à une clientèle beaucoup plus jeune et fortement présente là où nous sommes, en Europe, en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique", ajoute le PDG. Quant à savoir si d'éventuels mauvais résultats sportifs du club parisien peuvent influer sur le partenariat, comme l'élimination en huitièmes de finale de la Ligue des champions par Manchester United, Sébastien Bazin l'assure : "Nous nous sommes engagés pour six ans, dont trois ferme, sans nous soucier des résultats match après match".