"Tu lui donnes plus parce qu'il est arabe ?" : Le secours populaire s'inquiète de la montée du racisme entre ses bénéficiaires

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le secours populaire alerte sur la montée du racisme entre ses bénéficiaires. 
REPORTAGE

Le Secours populaire tire la sonnette d'alarme. L'association constate de plus en plus de haine et de racisme entre les bénéficiaires. Dans le département des Côtes-d'Armor, en Bretagne, l'association a accueilli 16% de pauvres supplémentaires en un an. 1.800 bénévoles viennent en aide à 10.000 familles. Sur place, les tensions entre les communautés se multiplient, a pu constater Europe 1.

"On devient raciste quand on voit ça"

A Saint-Brieuc, environ un tiers des bénéficiaires du secours populaire sont d’origine étrangère. Il s'agit d'une constante. Les questions posées aux bénévoles, en revanche, ont évolué. "Tu lui donnes plus parce qu’il est arabe ?" Greg, demandeur d’emploi, se sent floué : "Moi je trouve qu’ils en profitent un peu. Ils repartent les bras chargés avec six sacs pleins à ras bord. Ils sont étrangers. Je suis un peu dégoûté... Moi quand je passe, j’ai pas grand-chose. C'est pas logique". Mireille, au chômage depuis deux ans, abonde : "Moi j’accepte pas que les noirs, les arabes, servis en premier, soient mieux servis que nous. C’est un peu désespérant. On devient raciste quand on voit ça". 

Juan Pomares, responsable du secours populaire des Côtes-d’Armor se dit, lui, effrayé par cette poussée xénophobe. "On a beau leur expliquer que c'est parce qu'ils ont 5 ou 6 gosses, qu'ils ont un quota plus grand pour eux. Mais, pour eux, on donne plus aux étrangers qu’aux Français. Cette haine, dans notre région, c’est quelque chose de nouveau. Ça nous inquiète. Moi ça me fait mal au cœur parce que c’est pas nos valeurs de dire 'y’a trop à faire chez nous et donc qu'on ne devrait pas s'embêter avec les autres'", déplore-t-il. 

Dans cette Bretagne démocrate-chrétienne qui est loin d'être une terre d'immigration, ce repli sur soi et cette peur de l'étranger, choquent Juan Pomares. Cette question sensible est pourtant posée par certains dirigeants de comités locaux. 

Europe 1
Par François Coulon édité par Laura Andrieu