Les actes racistes et xénophobes en baisse en 2018

, modifié à
  • A
  • A
Des membres de la communauté chinoise manifestent à Paris en 2012 pour dénoncer le racisme dont ils sont victimes.
Des membres de la communauté chinoise manifestent à Paris en 2012 pour dénoncer le racisme dont ils sont victimes. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Malgré une forte hausse des actes antisémites, les faits racistes et xénophobes, tout comme les actes antimusulmans, ont baissé au cours de l'année 2018.

Les actes à caractère raciste et xénophobe ont diminué en 2018 en France, selon un bilan du ministère de l'Intérieur qui montre un recul des actes antimusulmans mais une augmentation de 74% des menaces et violences visant les Juifs.

541 faits antisémites dont un homicide. Dans ce bilan publié mardi à l'issue d'un week-end marqué par la découverte de tags antijuifs à Paris, le ministère confirme le chiffre de 541 faits antisémites, traduisant une forte poussée l'an dernier après deux années consécutives de repli. Ce total reste toutefois inférieur au pic record de 808 actes recensés en 2015. Dans le détail, Beauvau recense dans son communiqué 81 actions antisémites violentes en 2018, dont un homicide. Selon une source proche du dossier, le ministère fait référence au meurtre de Mireille Knoll, une octogénaire juive tuée en mars à Paris, pour lequel deux suspects ont été mis en examen.

Philippe condamne avec "colère" des actes "répugnants". Le Premier ministre Édouard Philippe a ainsi fait part de sa "colère" contre l'"explosion" des actes antisémites, en condamnant des actes "répugnants", lors de la séance des questions au gouvernement

Les faits antimusulmans au plus bas depuis 2010. L'an dernier, 358 menaces antisémites ont également été dénombrées, selon ce bilan officiel qui fait par ailleurs apparaître que les faits antimusulmans, au nombre de 100, ont eux atteint leur plus faible niveau depuis 2010.

"Chaque coupable devra être trouvé et jugé". Les faits racistes et xénophobes au sens strict - hors actes antisémites et antimusulmans - se sont eux de nouveau repliés en 2018 (496, -4,2%) après une décrue spectaculaire en 2017 (-14,8%), note par ailleurs le ministère. "Antisémite, islamophobe, antichrétien, raciste, xénophobe : il n'y a pas de petite atteinte, pas de petite insulte. Rien ne sera toléré : chaque coupable devra être trouvé et jugé", a estimé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, cité dans le communiqué.