Tempête "Dennis" : 20.000 foyers toujours privés d'électricité dans l'Ouest

, modifié à
  • A
  • A
La tempête Dennis a privé 60.000 foyers d'éléctricité. (photo d'archives)
La tempête Dennis a privé 60.000 foyers d'éléctricité. (photo d'archives) © Fred TANNEAU, AFP
Partagez sur :
Près de 20.000 foyers restaient privés d'électricité dimanche soir dans le quart nord-ouest du pays après le passage de la tempête "Dennis". La vigilance orange (vent et/ou pluie) a été levée dans tous les départements. 

Près de 20.000 foyers étaient privés d'électricité dimanche soir dans le quart nord-ouest du pays après le passage de la tempête "Dennis", a-t-on appris auprès d'Enedis, alors que plus aucun département n'était placé en vigilance orange par Météo-France.

Les foyers dépourvus de courant se trouvent "principalement en Bretagne, Pays de la Loire et Normandie", a indiqué à l'AFP une porte-parole du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité, après un point de situation effectué à 20H30. Ainsi, en Bretagne, 7.000 foyers étaient plongés dans le noir vers 20H45 d'après Enedis, dont 3.000 en Ille-et-Vilaine.

"Avec un pic à 30.000 foyers concernés en début d'après-midi, 23.000 foyers ont donc retrouvé l'électricité grâce aux 450 agents mobilisés. Les interventions se poursuivent avec des renforts lundi matin ", a précisé une porte-parole d'Enedis Bretagne à l'AFP.

Près de 350 interventions dans le Finistère

Les pompiers du Morbihan, qui ont connu "un pic d'activité entre 14 et 16 heures", ont rapporté à l'AFP avoir effectué 200 interventions liées à "ce coup de vent" qui n'a cependant pas fait de blessé. Dans les Côtes-d'Armor, les pompiers ont enregistré "une très forte activité" avec 800 appels dimanche. Quant aux pompiers du Finistère, ils ont effectué près de 350 interventions liées à "Dennis", notamment pour des fils arrachés ou des branches sur la voie publique.

En Pays de Loire, 15.000 foyers sont privés de courant, d'après un relevé de situation effectué à 19 heures : 6.500 dans le Maine-et-Loire, 4.000 en Mayenne, 3.000 dans la Sarthe, 1.500 en Loire-Atlantique et pratiquement aucun en Vendée. "On attend des renforts d'autres régions, on fait notre possible, mais le retour à la normale est plutôt attendu lundi", a confié à l'AFP une porte-parole régionale d'Enedis.

Le réseau ferré a également connu des perturbations : un TGV Nantes-Paris, dérouté de sa ligne habituelle, a dû être stoppé en raison d'un arbre tombé dans le secteur de La Loupe (Eure-et-Loire), non loin de Paris. "Des agents de SNCF réseau sont sur place pour débiter l'arbre, il n'y a pas eu de blessés", a indiqué un porte-parole régional de la SNCF. Un autre TGV, en provenance de Nantes et à destination de Lille et Strasbourg, est resté bloqué à hauteur de Connerré (Sarthe) pendant cinq heures en raison d'un défaut d'alimentation électrique lié à la tempête. Vers 20H45, il était en train de repartir, selon la même source. 

La vigilance orange levée partout

En Normandie, vers 17 heures, "11.000 clients étaient privés d'électricité" : 3.400 dans l'Orne, 2.900 dans l'Eure, 2.200 en Seine-Maritime, 1.300 dans le Calvados ou encore 1.200 dans la Manche, a indiqué une porte-parole régionale d'Enedis. Environ 200 techniciens et agents étaient à pied d'oeuvre sur le terrain pour rétablir le courant. "L'épisode météo critique est passé", a toutefois souligné Enedis.

La vigilance orange (vent et/ou pluie) a en effet été levée pour les quatre départements bretons ainsi que pour La Manche et le Calvados, a indiqué Météo-France. "L'épisode pluvieux touche à sa fin. Les cumuls de pluie mesurés pour l'épisode dépassent généralement 40 mm sur le Finistère et le Morbihan", assure Météo-France.

"Sur les départements sortis de la vigilance, le vent est repassé sous le seuil des 100 km/h et va continuer de faiblir en soirée. On pourra encore observer des rafales autours de 90km/h jusqu'en début de nuit", indique Météo-France dans son dernier bulletin. Dans les Hauts-de-France, vers 20h, il restait 3.300 foyers privés d'électricité notamment dans l'Avesnois et dans la métropole lilloise, selon Enedis.