Tempête Alex : le gouvernement annonce 20 millions d'euros pour les Alpes-Maritimes

  • A
  • A
© LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt a annoncé qu'une enveloppe de 20 millions d'euros allait être débloquée afin de venir en aide au département des Alpes-Maritimes. Après les crues causées par la tempête Alex, de très nombreuses infrastructures y restent à reconstruire.

Après la tempête Alex, le gouvernement va débloquer une enveloppe de 20 millions d'euros pour les Alpes-Maritimes. Une décision annoncée par le ministre délégué aux Comptes publics Olivier Dussopt, quelques semaines après les crues mortelles qui ont endeuillé le département en octobre dernier. 

Un milliard d'euros de dégâts selon le maire de Nice

"Nous allons ajuster un certain nombre de programmes", notamment "ouvrir 20 millions d'euros" dans le cadre de la mission "cohésion des territoires" pour "aider le département des Alpes-Maritimes qui a besoin de ce soutien", a déclaré devant les députés M. Dussopt juste après le vote en première lecture du projet de budget 2021.

Cette annonce a parue insuffisante au maire de Nice Christian Estrosi. "Je m’étonne que le gouvernement ne parle pas de la Métropole Nice-Côte-d’Azur, alors que nous avons pourtant évalué à près d’un milliard d’euros le montant total des dégâts sur l'ensemble de nos infrastructures et de nos réseaux", a-t-il réagi dans une déclaration.

Neuf morts et neuf portés disparus

En effet, les crues du 2 octobre ont littéralement dévasté certaines parties des vallées de la Vésubie et de la Roya dans l'arrière-pays niçois. Des travaux colossaux de reconstruction des routes, de ponts, des réseaux d'eau et d'électricité, sont nécessaires pour un coût d'au moins un milliard d'euros.

Le bilan humain s'élève à 9 morts mais demeure provisoire puisqu'il reste neuf personnes toujours portées disparues, selon le parquet de Nice. Le bilan est long et difficile à établir notamment en raison de corps exhumés des cimetières qui ont été emportés par les flots. Cette situation complique le travail des gendarmes pour identifier les victimes réelles des récentes intempéries.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP