Télétravail : et si on continuait après le déconfinement ?

, modifié à
  • A
  • A
2:34
© BARBARA GINDL / APA / AFP
Partagez sur :
Le groupe automobile PSA a annoncé mercredi vouloir faire du travail à distance, en plein essor en raison du confinement, la "référence" pour ses activités hors production. Une tendance qui va sans doute se généraliser en France, estime le vice-président de l’Association nationale des DRH, au micro d'Europe 1.

"Le système s'accélère." Mercredi, le groupe automobile PSA a annoncé vouloir faire du télétravail la "référence" pour ses activités hors production. "Les entreprises se démontrent à elles-mêmes qu'elles arrivent à le mettre en place, et qu'en plus ça marche", affirme Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH, invité d'Europe 1 jeudi. 

Confinement oblige, un salarié français sur quatre a basculé en télétravail depuis le 17 mars. Une formule jusqu'ici assez peu répandue en France : deux tiers d’entre eux ne l'avaient jamais expérimentée. Mais à l'approche du déconfinement, de nombreuses entreprises, comme PSA, envisagent de généraliser cette pratique et de permettre désormais à ceux qui le souhaitent de continuer à travailler depuis chez eux, au moins quelques jours par semaine. 

"Une meilleure qualité de vie au travail"

Benoit Serre y voit de nombreux avantages, à la fois pour les entreprises et pour les salariés. "Une meilleure qualité de vie au travail, le désengorgement des bureaux, mais aussi des transports en commun, la réduction des surfaces immobilières...", énumère-t-il.

Mais la pratique à long terme du télétravail nécessite aussi quelques adaptations, notamment managériales. "Le modèle de management français est très hiérarchisé, présentéiste, contrôlant...", remarque Benoit Serre. A l'opposé, donc, d'un télétravail centré sur "la confiance, la liberté d'organisation, et davantage porté sur le résultat que sur le nombre d'heure passées à la tâche". 

"Cela s’apprend de manager des gens à distance"

"Cela s’apprend le télétravail, et cela s’apprend de manager des gens à distance", souligne Benoit Serre, qui met en garde contre les "excès" du travail à distance. "Certains ont le sentiment légitime que ça ne s’arrête jamais, l'impression qu'ils travaillent beaucoup plus." Il préconise notamment des formations à destination des télétravailleurs et de leurs encadrants.

Europe 1
Par Laetitia Drevet