Quand l'alcool et la canicule surchargent les urgences : "La chaleur appelle la bière et le rosé"

  • A
  • A
En plus des populations fragiles, de nombreux jeunes sont admis aux urgences pour des blessures dues à la consommation d'alcool en pleine canicule.
En plus des populations fragiles, de nombreux jeunes sont admis aux urgences pour des blessures dues à la consommation d'alcool en pleine canicule. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Malgré les recommandations qui déconseillent de consommer de l'alcool, de nombreux jeunes s'enivrent... Et terminent aux urgences qui sont encore plus chargées en raison de la canicule.
REPORTAGE

C'est l'une des conséquences de ce pic de canicule qui s'est abattue sur la France depuis le début de la semaine : les urgences sont encore plus surchargées que d'habitude. On y croise des personnages âgées en déshydratation, des sportifs un peu trop téméraires mais aussi, à la nuit tombée, des jeunes alcoolisés et donc souvent blessés.

Des rixes, des blessures aux pieds et des chutes

Tout au long de la Seine à Paris, des petits groupes de jeunes sont assis par terre sur les quais. Au centre de leur cercle s'entassent des bières et des bouteilles de vin. Cette soirée va se terminer pour une partie d'entre eux aux urgences de l'hôpital George Pompidou.

"D'abord, il y a toutes les rixes. Quand vous êtes ivres, vous vous battez, malheureusement... Donc ils arrivent avec des coups, des traumatismes, des nez cassés...", détaille le chef des urgences Philippe Juvin, au micro d'Europe 1. "On a eu des gens qui sont tombés dans des bousculades mais aussi des plaies des pieds. Comme il fait chaud, les gens retirent leurs chaussures et marchent dans la rue."

"La chaleur rime avec les vacances qui appellent la bière et le rosé"

Un effet direct de la canicule pour le médecin. Il fait plus chaud, donc les jeunes restent dehors plus longtemps et surtout boivent beaucoup plus. "Après une journée de boulot sous 40°C dans des bureaux non climatisés, on n'a qu'une envie, c'est d'aller voir des potes et de se bourrer la gueule", confirme Juliette, 25 ans.

"La chaleur rime avec les vacances, qui appellent la bière et le rosé", renchérit son amie Valentine. Et l'alcool combiné à la chaleur conduit irrémédiablement vers les urgences qui sont, la nuit, remplies de personnes qui devraient être les moins touchées par la canicule : les jeunes.

Europe 1
Par Pierre Herbulot, édité par Marthe Ronteix