La baisse de la mortalité routière, un encouragement à garder les 80km/h ?

  • A
  • A
Les nouvelles limitations de vitesse ont largement contribué à diminuer le nombre de morts sur les routes, selon la présidente de la Ligue contre la violence routière 0:56
Les nouvelles limitations de vitesse ont largement contribué à diminuer le nombre de morts sur les routes, selon la présidente de la Ligue contre la violence routière © XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :
Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, est revenu samedi sur les chiffres de la mortalité routière en 2019, annoncés par Christophe Castaner. Pour elle, la (légère) baisse constatée est la preuve que "lorsqu'il y a une volonté politique, les résultats sont toujours au rendez-vous".

"Nous sommes satisfaits à double titre", commente Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, alors que le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a légèrement reculé en 2019. Christophe Castaner expliquait ce samedi qu'il avait même atteint le "chiffre historiquement bas" de 3.239 décès. "En 2019, nous constatons que neuf familles n'ont pas connu le pire des drames par rapport à 2018, mais si on regarde par rapport à 2017, ce sont des dizaines et des dizaines de vies qui ont été épargnées", souligne Chantal Perrichon, samedi sur Europe 1.

Pour elle, cette baisse est directement liée à la mise en place des limitations de vitesse à 80 km/h, pourtant très controversées. Depuis juillet 2018, la vitesse maximale a été abaissée de 90 à 80 km/h sur 400.000 kilomètres de routes secondaires. Selon la Sécurité routière, elle a permis "d'atténuer" la hausse de la mortalité sur la route.

"Ces chiffres sont une nouvelle fois pour nous la preuve que lorsqu'il y a une volonté politique de s’attaquer à la violence routière, les résultats sont toujours au rendez-vous", poursuit Chantal Perrichon, qui constate que petit à petit, la limitation à 80 km/h est de plus en plus accepté. "Ceux qui étaient contre minimisent maintenant le temps perdu", explique-t-elle. "Grâce à cela, nous espérons que la majorité des départements resteront aux 80 km/h", conclut la présidente de la Ligue contre la violence routière.

 

Europe 1
Par Matthieu Bock, édité par Ariel Guez