L'alcool au volant, un sujet qui "touche l'ensemble des Français" la nuit du réveillon, insiste la Prévention routière

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1, Anne Lavaux, la présidente de Prévention Routière, invite les automobilistes a ne prendre aucun risque pour la soirée du 31, traditionnellement alcoolisée.
INTERVIEW

"Celui qui conduit, c'est celui qui ne boit pas." À trois jours du réveillon, les associations de prévention routière martèlent en boucle le fameux adage et ce, d'autant plus que 90% des personnes qui vont faire la fête lundi soir, à l'occasion du passage à la nouvelle année, comptent consommer de l'alcool, selon des études effectuées par l'association Prévention Routière. "Quand on communique sur ce sujet-là, à ce moment-là, on touche l'ensemble des Français", relève ainsi, au micro d'Europe 1, Anne Lavaux, déléguée générale de Prévention Routière.

"Les messages de prévention ont quand même porté". Pour autant, cette responsable associative estime que les conducteurs français font de plus en plus preuve de prudence. "Quand on regarde très loin en arrière, entre les années 2001 et 2006, on avait une quarantaine de tués sur la route, alors que l'année dernière, pour la nuit de la Saint-Sylvestre, sept personnes ont perdu la vie sur la route", pointe-t-elle. "C'est beaucoup trop, mais on voit que depuis une vingtaine d'années, les messages de prévention ont quand même porté."

Un sentiment d'impunité sur les routes. Néanmoins, avec 65% de radars détruits du fait de la grogne des "gilets jaunes", un sentiment d'impunité pourrait s'installer sur les routes en cette fin d'année. Ce qui inquiète vivement les associations. "On ne voudrait pas que cette impunité se retourne contre les automobilistes et que, l'alcool aidant […], ils finissent dans des situations dramatiques", alerte Anne Lavaux.

Par ailleurs, 80% des Français vont prendre leur voituré le 31 pour faire moins de 50 kilomètres, toujours selon les chiffres de l'association. "Ils font ces kilomètres dans un environnement qu'ils connaissent déjà", de quoi malheureusement les inciter à rouler à plus vive allure et à prendre davantage de risques.

Europe 1
Par Romain David