La raclette plébiscitée par les Français par rapport à la fondue

, modifié à
  • A
  • A
71% des Français (et 79% des femmes) préfèrent la raclette à la fondue.
71% des Français (et 79% des femmes) préfèrent la raclette à la fondue. © Pixabay.com / Veve
Partagez sur :
Du fromage fondu dans une petite poêle ou des croûtons trempés dans un caquelon rempli de fromages fondus et de vin blanc ? Entre la raclette et la fondue, les Français ont choisi.

Raclette ou fondue ? Pour 71% des Français, la réponse est sans équivoque : c'est la raclette. Selon un sondage YouGov pour la marque Tefal*, les sondés préfèrent d'ailleurs la raclette traditionnelle.

Que préfèrent les Français ? Les premiers flocons blanchissent une bonne partie de la France et les températures descendent invitent à déguster des plats réconfortants et un brin roboratifs. Et dans cette catégorie, deux plats traditionnels à base de fromage s'imposent : la fondue et la raclette. Mais entre les deux, le cœur des sondés ne balance pas. 71% d'entre eux plébiscitent la raclette, cette recette suisse à base de fromage à raclette. Les partisans de la fondue, un plat à base de mélange de fromages fondus avec du vin blanc dans lequel on trempe des morceaux de pain, ne sont donc que 29%.

Une bonne raclette traditionnelle. 54% des Français préfèrent d'ailleurs la recette traditionnelle contre 7% qui optent pour la raclette Mont d'Or ou la raclette fumée, selon ce sondage. Et ce sont les femmes à 79% qui optent le plus souvent pour la raclette (contre 17% pour la fondue) alors que 64% des hommes préfèrent ce plat (contre 28% pour la fondue).

La charcuterie avant tout. Quant aux accompagnements, la charcuterie et la pomme de terre sont presque à égalité (respectivement désignées par 45 et 40% des Français) tandis que 9% seulement optent pour une salade. Autre plat qui n'apparaît pas dans ce match mais qui pour nombre d'entre nous rime avec "froid" : la tartiflette. Supplanterait-elle la raclette ? Le sondage ne le dit pas.

*Sondage réalisé du 2 au 3 janvier 2019 auprès de 1.003 personnes représentatives de la population française, selon la méthode des quotas.