INFORMATION EUROPE 1 - Coronavirus : une nouvelle prime exceptionnelle pour le médico-social

, modifié à
  • A
  • A
© Alain JOCARD / AFP / POOL
Partagez sur :
À l’image de la prime pour les soignants du secteur hospitalier et les EHPAD, le gouvernement s’apprête à annoncer une prime exceptionnelle pour tous les professionnels des secteurs sociaux et médico-sociaux, y compris l’aide sociale à l’enfance et l’aide aux migrants et réfugiés.
INFO EUROPE 1

Fortement mobilisés durant la crise du coronavirus, de nombreux professionnels du médico-social attendaient du gouvernement une reconnaissance pour leur engagement. D'autant que l'exécutif avait déjà annoncé une prime pour les soignants dans les hôpitaux, ainsi que pour les personnels des Ehpad. Il restait néanmoins une incertitude sur les autres métiers du secteur. Mais dans la circulaire qui sera publiée prochainement au Journal officiel, et qu'Europe 1 a pu consulter, cette prime pourra bien être étendue à l'ensemble des personnels médico-sociaux, y compris ceux du secteur privé, si les départements, dont c'est la compétence, choisissent de la verser.

L'aide sociale à l'enfance et l'aide aux migrants et réfugiés aura droit à la prime

La prime exceptionnelle concernera donc également les établissements sociaux : l'aide sociale à l’enfance, les services de la Protection judiciaire de la jeunesse, les services pour adultes en difficultés sociales (Samu Social, hébergement d’urgence, réinsertion sociale…), les établissements pour demandeurs d’asile et réfugiés. Les personnels des établissements médico-sociaux, comme les services accueillant des personnes âgées ou des adultes et enfants en situation de handicap, seront aussi récompensés.

La circulaire précise aussi les montants de ces coups de pouce, qui sont décidés et versés par les départements (et qui ne coûteront donc rien à l'État), dont dépendent tous ces services. Dans les 40 départements les plus touchés par l’épidémie, la prime s’élèvera à 1.500 euros pour les établissement médico-sociaux et 1.000 euros pour le social.

Dans les autres territoires plus épargnés, elle sera de 1.000 euros pour tout le monde. Dans le détail, ces primes concerneront tous les professionnels effectivement présents du 1er mars au 30 avril (y compris ceux en télétravail) et ne seront ni imposables ni soumis à prélèvements sociaux.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Margaux Baralon