"Gilets jaunes" : un Breton affrète un car pour aller manifester à Paris

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
A la veille de "l'acte 2" des "gilets jaunes", l'un de leaders de Lorient n'a pas hésité à affréter un car pour se rendre sur Paris avec d'autres manifestants. 

En covoiturage, en train ou même en car, ils vont monter à Paris pour "crier leur colère". A la veille de "l'acte 2" des "gilets jaunes", les manifestants se préparent pour rallier la capitale. Selon les autorités, 30.000 personnes vont se réunir samedi sur l'esplanade du Champs-de-Mars, mais aussi probablement à la Concorde et sur la place de la Bastille. Alors, à quelques heures du coup d'envoi d'une septième journée de mobilisation, l'un des leaders des "gilets jaunes" de Lorient, André Bourlard, a affrété un car pour mettre la pression sur l'exécutif, en venant quasiment frapper à sa porte. 

"Avoir des annonces immédiates". "Le but va être de remplir au minimum un car de 72 personnes, voire plus si affinité", affirme-t-il au micro d'Europe 1. "On le fait pour montrer que l'on voudrait recommencer à vivre dignement, tout simplement", ajoute-t-il. "Monsieur Macron est à Paris et a l'air de dédaigner les régions alors qu'il faut qu'il y ait absolument des signes forts au gouvernement", martèle-t-il. "On monte et on fait un grand rassemblement sur Paris pour avoir des annonces immédiates". 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Il "y aura inévitablement des casseurs". Quant à d'éventuels débordements lors de ce rassemblement, André Bourlard ne se voile pas la face et admet qu'il "y aura inévitablement des casseurs". Mais s'il y a de la casse, on ne s'en mêle pas, on laisse les forces de l'ordre faire leur métier et on ne se met pas en danger", explique-t-il. "Le fait que toute la France monte à Paris permet aussi de prouver à monsieur le président que non, le mouvement des 'gilets jaunes' ne s’essouffle pas". 

Europe 1
Par François Coulon, édité par Ugo Pascolo