Salaires des soignants : l'enveloppe portée à 7,5 milliards d'euros

, modifié à
  • A
  • A
Soignants coronavirus
L'enveloppe pour la revalorisation des salaires des soignants a été revue à la hausse. © AFP
Partagez sur :
Si elle est sous contrôle en France, avec un nouveau reflux des réanimations, l’épidémie de coronavirus continue de faire l'objet de toutes les attentions en France, où l'enveloppe pour la revalorisation salarial des soignants s'élève désormais à 7,5 milliards d'euros. Elle reste aussi très virulente dans certaines parties du monde, notamment au Brésil, où le président Bolsanaro a déclaré être positif au coronavirus.

L’épidémie de coronavirus semble toujours maîtrisée en France, avec des entrées en réanimation qui continuent de baisser. Sur le plan judiciaire, l'information sur la gestion ministérielle de la crise du Covid-19 confiée à la Cour de justice de la République (CJR) a été ouverte mardi contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn. Côté social, Jean Castex a annoncé la revalorisation de l'enveloppe pour les salaires des soignants hors médecins à 7,5 milliards d'euros. 

Côté sanitaire, l'hydroxychloroquine revient dans le débat avec une nouvelle étude. Une nouvelle barre symbolique a par ailleurs été franchie aux États-Unis, où l’épidémie n’est toujours pas sous contrôle. Ce sont désormais plus de 130.000 personnes qui ont péri du Covid-19 outre-Atlantique. La situation reste également préoccupante au Brésil.

Les principales infos à retenir

  • L'enquête judiciaire de la CJR contre Philippe, Véran et Buzyn est ouverte
  • 7,5 milliards d'euros au total pour les salaires des soignants
  • L'hydroxychloroquine "au long cours" ne protège pas des formes graves de Covid-19
  • Jair Bolsonaro a annoncé avoir été testé positif au coronavirus
  • Les États-Unis se retirent officiellement de l'OMS
  • L'Europe a franchi la barre des 200.000 morts, et les Etats-Unis celle des 130.000 

Castex relève l'enveloppe pour les salaires des soignants

Le gouvernement a proposé mardi dans le cadre du "Ségur de la santé" une enveloppe supplémentaire de 1,1 milliard d'euros pour les personnels hospitaliers paramédicaux, portant à 7,5 milliards la somme prévue pour leurs rémunérations, a annoncé le Premier ministre Jean Castex. "En amont de la conclusion du Ségur de la Santé, j'ai ouvert la réunion de négociation avec les personnels paramédicaux. J'ai annoncé une enveloppe de 7,5 milliards d'euros, et insisté pour que les questions d'emploi soient également intégrées à la négociation", a écrit Jean Castex sur Twitter.

L'enquête judiciaire de la CJR contre Philippe, Véran et Buzyn est ouverte

L'information judiciaire sur la gestion ministérielle de la crise du Covid-19 confiée à la Cour de justice de la République (CJR) a été ouverte mardi contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn, a annoncé le procureur général près la Cour de cassation François Molins. "Conformément à la décision rendue par la commission des requêtes vendredi 3 juillet dernier, cette information judiciaire est ouverte du chef d'abstention de combattre un sinistre" contre l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, l'ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn et son successeur Olivier Véran.

Neuf plaintes, parmi les 90 reçues par la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour l'exercice de leur fonction, avaient été jugées recevables et jointes pour cette procédure. L'exécutif fait face à un flot de critiques notamment sur la pénurie de masques et a été visé par de nombreuses plaintes pour "mise en danger de la vie d'autrui" ou "homicide involontaire". Dans un communiqué transmis à l'AFP, Edouard Philippe avait dit vendredi "prendre acte" de l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire et affirmait qu'il apporterait à la commission "toutes les réponses et informations nécessaires à la compréhension de son action et celle de son gouvernement".

Nouveau reflux épidémique en France

La France a enregistré 13 nouveaux décès liés au Covid-19, portant à 29.933 le nombre total de morts depuis le début de l'épidémie, a annoncé mardi la Direction générale de la Santé (DGS). Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation continue parallèlement de baisser avec 538 malades concernés, soit 10 de moins que lundi.

En revanche, la circulation du virus en Guyane reste toujours "préoccupante", souligne le ministère. Les trois hôpitaux de cette région d'Outremer ont annoncé dimanche avoir déclenché leur "plan blanc" pour faire face à l'accélération de l'épidémie, tandis que le gouvernement a annoncé la venue d'un "directeur de crise". La Guyane comptait samedi 4.913 cas avérés de Covid-19, dont 129 patients hospitalisés, 23 en réanimation, et 16 décès.

Des "preuves émergent" sur la transmission par l'air

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reconnu mardi que des "preuves émergeaient" sur la transmission par l'air du Covid-19, après qu'un groupe de 239 scientifiques internationaux a sonné l'alarme sur ce mode de contagion. "Nous reconnaissons que des preuves émergent dans ce domaine et par conséquent nous devons être ouverts à cette possibilité et à ses implications, ainsi qu'aux précautions qui doivent être prises", a déclaré Benedetta Allegranzi, une responsable de l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle.

L'hydroxychloroquine "au long cours" ne protège pas des formes graves de Covid-19, selon une étude

Les patients traités "au long cours" avec de la chloroquine ou de l'hydroxychloroquine, notamment pour des maladies auto-immunes, n'ont pas été moins touchés par des formes graves de Covid-19 durant l'épidémie, montre une étude française publiée mardi. Cette étude, conduite sur près de 55.000 patients, "ne suggère pas de rôle préventif de l'utilisation des antipaludéens de synthèse (APS) au long cours sur le risque de survenue d'une hospitalisation, d'une intubation ou d'un décès liés au Covid-19", concluent ses auteurs. Lisez ici les détails de cette étude. 

Le magasin historique de Tati, boulevard Barbès à Paris, va fermer

Le magasin Tati, emblématique du boulevard Barbès, à Paris, sera bientôt fermé, son activité ayant été fortement affectée par la crise du Covid-19, a annoncé mardi le groupe GPG, qui avait repris l'enseigne en 2017. "Tati n'a pas vu le retour de ses clients vers son centre historique de Barbès", dont le magasin a été "doublement" touché par les grèves de décembre dernier et la crise sanitaire, explique son directeur général délégué Thierry Boukhari, cité dans un communiqué. Plus d'infos dans notre article par ici. 

Bolsonaro positif au coronavirus

Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé mardi avoir été testé positif au coronavirus, qu'il n'a cessé de minimiser depuis le début de la pandémie et qui a déjà fait plus de 65.000 morts dans son pays. "Le résultat positif (du test) vient d'arriver", a déclaré le chef de l'État, 65 ans, lors d'un entretien à plusieurs chaînes de télévision, après avoir eu de la température la veille. "J'avais 38 degrés de fièvre, mais mes poumons étaient propres. Les médecins m'ont donné de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine (un antibiotique) et après je me suis senti mieux. Je vais parfaitement bien", a ajouté Jair Bolsonaro.

Les États-Unis se retirent officiellement de l'OMS

Le président Donald Trump a officiellement lancé la procédure de retrait des Etats-Unis de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qu'il accuse d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus, ont indiqué mardi des responsables américains. "Le Congrès a reçu la notification que le président a officiellement retiré les Etats-Unis de l'OMS au beau milieu d'une pandémie", a écrit sur Twitter Robert Menendez, membre démocrate de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères. La notification sera effective au terme d'un délai d'un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé plusieurs responsables du gouvernement américain, plus gros contributeur de l'organisation onusienne. 

Inquiétudes en Europe, qui passe la barre des 200.000 décès

En Europe, continent où l'évolution de la pandémie semble maîtrisée, on s'inquiète tout de même d'une résurgence des cas, conduisant la mise en place de nouvelles restrictions locales. En Espagne, les autorités sanitaires se disent "très préoccupées" par la reprise de l'épidémie dans une région de 200.000 habitants en Catalogne, soumise à des mesures d'isolement samedi, à l'instar d'une autre région côtière en Galice. Certains foyers de contaminations en Espagne "atteignent des niveaux bien au-delà que ce qui est souhaitable", a même déclaré l'épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, Fernando Simon.

Au total, la pandémie a fait plus de 200.000 morts sur le vieux continent, dont plus des deux tiers au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne. Avec un total de 200.005 morts (pour 2.751.606 cas), l'Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie, qui a tué au moins 538.418 personnes dans le monde. Le Royaume-Uni (44.236) et l'Italie (34.869) sont les pays européens les plus meurtris, suivis de la France (29.920) et de l'Espagne (28.388).

L'épidémie s'accélère dans le monde, plus de 130.000 morts aux États-Unis

L'épidémie s'accélère dans le monde et le pic n'a pas encore été atteint, selon l'OMS. Les États-Unis ont dépassé la barre des 130.000 morts et ont encore enregistré lundi un bilan journalier des nouvelles infections inquiétant, à près de 55.000 cas supplémentaires, selon les données de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. En tout, 2,93 millions de cas de Covid-19 ont été comptabilisés depuis le début de la pandémie aux Etats-Unis. Avec 357 morts supplémentaires en 24 heures, les Etats-Unis déplorent au total 130.248 décès du Covid-19.

En Australie, la deuxième ville du pays, Melbourne, a été reconfinée mardi, ont annoncé les autorités locales. Plus de cinq millions de personnes vont donc devoir rester chez elles pendant au moins six semaines, à la suite d'une flambée des cas de Covid-19.