Coronavirus : 29.861 morts en France, les réanimations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Le reflux épidémique se confirme en France.
Le reflux épidémique se confirme en France. © Jody Amiet / AFP
Partagez sur :
Le bilan du coronavirus s'élève à 29.861 morts au total en France, mais le reflux épidémique se confirme. Dans le monde, la situation sanitaire est au contraire inquiétante, avec une explosion des contaminations quotidiennes et plus de 511.000 décès. 
L'ESSENTIEL

Le coronavirus a fait 29.861 morts au total en France, selon le dernier bilan fourni mercredi par les autorités. Le reflux épidémique se confirme cependant, avec une nouvelle baisse des réanimations. Sur le front économique, la SNCF s'attend à une baisse de fréquentation de 20% par rapport à l'été dernier, en raison des conséquence de la pandémie.

Pendant ce temps, l'Union européenne rouvre mercredi ses frontières à 15 pays, dont la Chine sous condition, mais les Etats-Unis en sont exclus. Dans le monde, la situation sanitaire continue d'empirer, avec plus de 511.000 morts au total et un nombre de contaminations quotidiennes qui ne cesse d'augmenter. 

Les principales informations à retenir :

  • Le coronavirus a fait 29.861 morts au total en France, les réanimations sont toujours en baisse 
  • La SNCF s'attend à un été "pas comme les autres"
  • L'Union européenne rouvre ses frontières à 15 pays à partir de ce mercredi, dont la Chine sous condition, mais pas les Etats-Unis
  • La pandémie a fait plus de 511.000 morts dans le monde, les contaminations quotidiennes explosent

29.861 morts en France, les réanimations en baisse 

Le dernier bilan du ministère de la Santé a fait état mercredi soir de 18 nouveaux morts liés au Covid-19 dans les hôpitaux depuis mardi, portant le nombre des décès à 29.861. Dans le détail, 19.364 personnes sont décédées au sein des établissements hospitaliers. Le reflux épidémique se confirme cependant, avec une nouvelle baisse des réanimations. 582 patients sont encore dans les services des réanimations mais le solde reste négatif avec 20 cas graves en moins. 8.336 personnes sont hospitalisées et 106 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures.

La circulation du coronavirus reste toutefois "préoccupante" en Guyane. Les chiffres relatifs aux établissements sociaux et médico-sociaux seront actualisés le mardi 7 juillet prochain.

La SNCF s'attend à 20% de passagers en moins cet été

La SNCF, pour sa part, attend 20 millions de voyageurs dans ses trains pendant cet "été pas comme les autres" marqué par la crise du coronavirus, contre 25 millions l'an dernier, indique dans un entretien à l'AFP le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet. Soit une baisse de fréquentation de 20% par rapport à l'an dernier. 

"C'est aussi le premier été pour SNCF Voyageurs, notre nouvelle organisation", rappelle le dirigeant. Créée par la réforme ferroviaire de 2018, cette nouvelle société anonyme est née le 1er janvier en pleine grève des cheminots contre le projet de réforme des retraites. Elle rassemble comme son nom l'indique les trains de voyageurs, TGV et Intercités (SNCF Voyages), les TER, Transilien (trains de banlieue d'Ile-de-France) et les services en ligne, dont le site oui.sncf.

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays, dont la Chine... mais pas les Etats-Unis

L'Union européenne a rouvert mercredi de façon ciblée ses frontières en plein démarrage de la saison touristique estivale. L'UE a autorisé les vols en provenance de 14 pays de tous les continents, ainsi que de Chine, à la seule condition que celle-ci admette sur son sol les visiteurs "non essentiels" venant de l'UE, ce qui n'est actuellement pas le cas. Cette liste de pays dont la situation épidémiologique liée à la maladie Covid-19 est jugée suffisamment sûre pour la reprise des voyages, doit être actualisée toutes les deux semaines. Elle compte également l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay. On vous en dit plus dans cet article.

Les voyageurs venant des Etats-Unis, eux, n'ont en revanche pas encore le droit d'entrer en Europe. Et c'est une nouvelle douche froide pour le secteur du tourisme français qui va devoir se passer de près de cinq millions de touristes américains et, surtout, de leurs gros budgets. Lisez ici notre décryptage sur le sujet. 

L'Espagne et le Portugal ont pour leur part rouvert solennellement mercredi leur frontière terrestre, fermée le 16 mars à l'initiative de Lisbonne. Après trois mois et demi de fermeture de sa seule frontière terrestre, le Portugal reste un des pays d'Europe les plus épargnés par le Covid-19.

Dans quels pays les Français auront-ils le droit de voyager cet été ?

Et du côté des Français, où peuvent-ils aller en dehors de l’Hexagone alors que débute la période des grandes vacances ? Pas très loin, car la réouverture des frontières n’est pas forcément réciproque. Par ailleurs, même si certains pays ont rouvert, le retour en France pourrait s’avérer problématique, avec un risque de quarantaine, comme on vous l'explique par ici :   

Le plan social d'Airbus critiqué par le gouvernement 

Autre secteur qui subit les conséquences de la crise : l'aérien. Airbus a annoncé mardi un vaste plan social avec 15.000 suppressions d'emplois, dont 5.00 en France. Le gouvernement a immédiatement demandé à l'avionneur de revoir sa copie, estimant que les dispositifs d'aide de l'Etat devraient permettre de sauver 2.000 postes. 

"Si vous mettez en place l'activité partielle longue durée (...), c'est 1.500 emplois qui seraient sauvés" en France, a assuré mercredi le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur BFM TV et RMC. "On investit aussi massivement sur l'avion de demain, la nouvelle génération d'avions verts, sobres en carbone, c'est 500 emplois qui vont être sauvés pour Airbus", a-t-il ajouté. 

Le gouvernement demande 10 semaines de stocks de masques aux entreprises 

Le gouvernement va demander aux entreprises de prévoir dix semaines de stocks de masques pour leurs salariés pour se prémunir face au risque d'une deuxième vague de l'épidémie. "Nous préparons la rentrée et il y a un risque de re-circulation du virus (...), et nous demanderons aux entreprises de prévoir 10 semaines de stocks de masques, avec un petit rappel du fait que nous avons désormais des producteurs français", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, lors d'une audition par la délégation aux entreprises du Sénat.

Plus de 511.000 morts dans le monde, hausse inquiétante des contaminations quotidiennes 

La pandémie a fait au moins 511.312 morts dans le monde. Les Etats-Unis totalisent 127.425 décès pour 2,6 millions de cas. Suivent le Brésil (59.594 morts), le Royaume-Uni (43.730), l'Italie (34.767) et la France (29.843). Avec 1.199 décès supplémentaires en 24 heures, le bilan journalier aux Etats-Unis est reparti à la hausse. La barre du millier de morts n'avait pas été franchie depuis le 10 juin.

L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a également averti que le nombre des morts en Amérique latine et dans les Caraïbes, actuellement de 114.000 environ, pourrait presque quadrupler d'ici le 1er octobre en l'absence de mesures sanitaires renforcées. 

L'OMS a de son côté alerté sur une hausse inquiétante des contaminations quotidiennes. "Depuis une semaine, le nombre de nouveaux cas dépasse les 160.000 par jour. 60% de tous les cas de Covid-19 recensés jusqu'à présent ont été signalés au cours du mois dernier", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. 

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP