Olivier Véran : "Il n'y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca"

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Véran
Olivier Véran a voulu rassurer jeudi soir sur les risques liés au vaccin d'AstraZeneca, dont l'utilisation a été suspendue dans plusieurs pays européens. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Trois pays d'Europe du Nord ont suspendu jeudi le vaccin d'AstraZeneca par précaution après des problèmes chez des patients. En France, Olivier Véran a évacué cette hypothèse après avoir consulté l'Agence nationale de sécurité du médicament. Dans le même temps, l'UE a donné son feu vert au vaccin de Johnson & Johnson.
L'ESSENTIEL

L'UE a autorisé jeudi la mise sur le marché d'un quatrième vaccin contre le coronavirus, celui de Johnson & Johnson. Un traitement qui représente un véritable atout, puisqu'il ne nécessite qu'une seule dose. Mais dans le même temps, une ombre a été jetée avec l'annonce par le Danemark, la Norvège et l'Islande de la suspension jusqu'à nouvel ordre et par précaution du vaccin AstraZeneca, après des problèmes de coagulation chez des patients. 

En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a balayé l'hypothèse d'une suspension de la vaccination par AstraZeneca. Il a également qualifié la situation sanitaire de "tendue et inquiétante", indiquant que les chiffres de l'épidémie étaient proches des seuils connus avant la seconde vague, à l'automne.

Les principales infos à retenir : 

  • Le Danemark, la Norvège et l'Islande ont suspendu jeudi par précaution le vaccin d'AstraZeneca
  • Olivier Véran, le ministre de la Santé, n'envisage pas de suspension de ce produit en France
  • Il a estimé que la situation sanitaire était "tendue et inquiétante"
  • L'UE a donné son feu vert au vaccin de Johnson & Johnson
  • La France assouplit les conditions de voyage pour 7 pays hors UE, dont la Grande-Bretagne 

Suspendu dans plusieurs pays, le vaccin d'AstraZeneca continuera d'être administré en France

"J'ai saisi l'Agence nationale de sécurité du médicament pour apporter un éclairage, d'après elle il n'y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca", a déclaré Olivier Véran, le ministre de la santé, jeudi soir, alors que le Danemark, la Norvège et l'Islande ont suspendu par précaution et jusqu'à nouvel ordre l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 à cause de craintes liées à la formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées. L'Autriche, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg ont suspendu quant à eux l'utilisation d'un lot particulier de vaccins AstraZeneca, après qu'une infirmière de 49 ans est décédée suite à de "graves problèmes de coagulation sanguine" en Autriche après avoir été vaccinée.

De son côté, le gouvernement britannique a défendu le vaccin développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford, le jugeant "sûr et efficace", et assurant qu'il resterait utilisé au Royaume-Uni. Il y a eu 30 cas de "thromboembolies" parmi cinq millions de personnes vaccinées jusqu'à présent en Europe, a déclaré l'Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué. La position du comité de sécurité de l'Agence européenne des médicaments "est que les avantages du vaccin continuent de l'emporter sur ses risques et que le vaccin peut continuer à être administré pendant que l'enquête sur les cas de thromboembolies est en cours".

Olivier Véran évoque le transfert de "dizaines voire de centaines" de patients depuis les hôpitaux d'Île-de-France

La situation sanitaire en France est "tendue et inquiétante", a estimé Olivier Véran lors du traditionnel point hebdomadaire du gouvernement. Les chiffres de suivi sont désormais proches des seuils atteints à l'automne, à la veille de la seconde vague, a-t-il relevé. Il a notamment pointé l'hétérogénéité de la situation épidémique sur le territoire, avec des zones où l'ensemble des indicateurs est désormais au rouge, comme les Hauts-de-France, la région PACA et l'Île-de-France. Des "dizaines voire centaines" de patients franciliens pourraient être prochainement transférés vers d'autres régions, a-t-il indiqué. Néanmoins, aucune nouvelle mesure restrictive n'a été annoncée.

En Île-de-France, les services de réanimation soignaient mercredi 1.034 patients, pour "moins de 1.050" lits disponibles selon l'Agence régionale de santé (ARS). Cette dernière a donc donné l'"ordre ferme" aux hôpitaux et cliniques de déprogrammer 40% de leurs activités médicales et chirurgicales pour atteindre une capacité de 1.577 lits de réanimation.

89.830 morts en France au total, près de 4.000 patients en réanimation

Le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés a légèrement baissé jeudi, à 24.858 malades contre 24.969 la veille, selon les chiffres publiés par le gouvernement. Le nombre de patients en réa, service qui accueille les cas les plus graves, est de 3.992. Descendu sous la barre des 2.600 début janvier, cet indicateur n'a cessé de monter depuis et se situe désormais au niveau de fin novembre.

Il reste toutefois encore loin du pic de la deuxième vague de l'automne (4.900 mi-novembre) et de la première vague au printemps (7.000 début avril). Jeudi, 265 morts du Covid-19 à l'hôpital ont été enregistrés, portant le bilan total des décès depuis le début de l'épidémie, il y a un an, à 89.830, dont 64.586 à l'hôpital.

Selon les chiffres présentés par Olivier Véran, 286.000 vaccinations ont eu lieu ces dernières 24 heures en France - un record depuis le début de la campagne de vaccination -, portant le nombre de personnes ayant reçu une première injection à plus de 4,3 millions.

Le régulateur européen donne son feu vert au vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson

Par ailleurs, l'Agence européenne des médicaments a donné jeudi son feu vert au vaccin à injection unique contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, le quatrième à recevoir un avis positif pour son déploiement dans l'Union européenne. Cette décision est un coup de pouce au programme de vaccination de l'UE, critiqué pour sa lenteur, même si différentes sources indiquent que les premières doses de Johnson & Johnson pourraient ne pas arriver dans les pays européens avant le mois d'avril.

Le vaccin de Johnson & Johnson est le premier bénéficiant d'un feu vert dans l'Union européenne à ne nécessiter qu'une seule injection au lieu de deux, en plus d'être considéré comme plus simple à stocker. Néanmoins, l'injection du vaccin de Johnson & Johnson semble moins efficace que ceux de Pfizer et Moderna, qui révèlent tous les deux une efficacité d'environ 95% contre tous les variants du Covid-19.

>> Que sait-on exactement de ce nouveau vaccin ? On vous explique tout dans la vidéo ci-dessous :

Air France expérimente un "pass sanitaire"

Cela fera certainement partie des solutions mises en place pour relancer le trafic aérien après la crise du Covid-19 : à partir de ce jeudi, la compagnie Air France lance un "pass sanitaire" dans le cadre d'une expérimentation sur ses liaisons au départ de Paris vers la Guadeloupe et la Martinique. Il est proposé aux passagers d'utiliser une application, notamment pour faire vérifier son test PCR. "L'objectif, c'est de préparer l'avenir, puisqu'à terme nous devrons aboutir à des solutions pour pouvoir assumer une reprise du trafic. Et ce 'pass sanitaire' va y participer", explique Emmanuelle Ferracci, d'Air France, jeudi sur Europe 1.

Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a estimé jeudi que le "pass sanitaire numérique" d'Air France pouvait être une "préfiguration" d'un sésame indispensable pour voyager. "Ça peut être une préfiguration ou une anticipation, en tout cas une expérimentation grandeur nature de ce que pourrait être demain un futur 'travel pass' ou un 'pass sanitaire'", a-t-il ajouté.

Conditions de voyage assouplies vers 7 pays hors UE, dont la Grande-Bretagne 

La France a annoncé jeudi l'assouplissement des voyages vers et en direction de sept pays hors-Union européenne, dont la Grande-Bretagne, en abolissant l'obligation d'un "motif impérieux". A dater de vendredi, "il ne sera plus nécessaire de justifier d'un motif impérieux pour les déplacements en provenance ou vers l'Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et Singapour, du fait de la diffusion très large du variant britannique en France et de la situation sanitaire spécifique de ces pays", a indiqué le ministère français des Affaires étrangères.

Les autres restrictions restent en vigueur, dont la présentation d'un test PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ.

Mayotte : levée progressive du confinement à partir du 15 mars

Le préfet de Mayotte a annoncé mercredi soir la levée des restrictions, de façon progressive à partir du lundi 15 mars, après cinq semaines de confinement qui ont permis d'inverser la courbe de l'épidémie dans ce département de l'océan Indien. Le confinement sera levé à partir du lundi 15 mars à 4h du matin, mais un couvre-feu entrera en vigueur de 18h à 4h du matin. 

Les écoles primaires accueilleront à nouveau les élèves avec un protocole sanitaire strict. Les collèges et lycées ouvriront par demi-jauge : une moitié des effectifs aura cours le lundi, l'autre le jour suivant. Tous les commerces sont par ailleurs autorisés à ouvrir, dans le respect d'un nombre maximal de clients. Par contre, les bars et restaurants resteront fermés pendant au moins deux semaines, en fonction de l'évolution des indicateurs. Les frontières restent fermées, même si des vols peuvent être autorisés pour rapatrier des ressortissants français qui en feraient la demande. Et les motifs impérieux pour voyager restent de mise.

Forte protection après une seule dose de vaccin chez les personnes ayant déjà eu le Covid 

Une personne guérie du Covid-19 et recevant ensuite une première dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna est autant, voire mieux protégée que quelqu'un qui n'a jamais attrapé la maladie mais a reçu les deux doses de vaccin, selon une étude. "Nous espérons que ces données (...) aideront à former des politiques de vaccination plus nuancées", a déclaré à l'AFP Viviana Simon, co-auteure et professeure de microbiologie à l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai, à New York. Pour les personnes ayant déjà été infectées par le virus, "la première dose de vaccin agit comme un rappel, rendant la seconde dose superflue", a-t-elle ajouté.

Publiée dans la revue New England Journal of Medicine, cette étude porte sur des échantillons sanguins de 110 personnes, dont 67 n'avaient pas déjà été infectées par le virus et 43 l'avaient été.

Plus de 2,6 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2.621.295 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11h. Les États-Unis sont le pays comptant le plus de morts avec 529.263 décès, suivis par le Brésil (270.656), le Mexique (192.488), l'Inde (158.189), et le Royaume-Uni (124.987). Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités sanitaires sans inclure les réévaluations fondées sur des bases statistiques, sont globalement sous-évalués.