Covid-19 : l'application française "StopCovid", incompatible avec le système européen

, modifié à
  • A
  • A
La France est le seul pays européen a avoir refusé d'utiliser la technologie conçue par Apple et Google, leur préférant la sienne. 1:23
La France est le seul pays européen a avoir refusé d'utiliser la technologie conçue par Apple et Google, leur préférant la sienne. © Clément Lesaffre / Europe 1
Partagez sur :
Alors que les Européens pourront bientôt garder leur application de traçage Covid et leurs données en passant les frontières, une seule application ne sera pas compatible pour fonctionner de la sorte : Stop Covid, l'application française. La France a refusé d'utiliser la technologie Apple et Google, leur préférant la sienne.

S'il avait fallu trouver un autre nom à l'application "Stop Covid", cela aurait pu être : "Seule contre tous". Ces dernières semaines, la Commission européenne a travaillé pour que les Européens puissent garder leur application nationale même s'ils passent les frontières. Et cela va fonctionner... Sauf pour les Français.

La seule à avoir refusé la technologie conçue par Apple et Google

À partir de lundi, Allemands, Italiens et Irlandais vont pouvoir tester le système. Celui-ci permettra par exemple à un Allemand de partir quelques jours en Italie tout en continuant d'utiliser son application nationale (Corona Warn App). L'application fonctionnera dans la péninsule, l'alertera s'il est en contact avec le virus, et le préviendra même lorsqu'il sera de retour en Allemagne, si une personne croisée en Italie a été testée positive entre temps.

Tout cela est rendu possible grâce au système passerelle mis en place au niveau européen. Ce système doit monter en puissance d'ici la fin du mois de novembre et fonctionner avec 18 des 19 applications de traçage qui existent dans l'Union européenne. La seule qui n'est pas compatible, c'est l'application française, "StopCovid", bientôt rebaptisée "Tous anti-Covid".

La raison ? La France est le seul pays européen a avoir refusé d'utiliser la technologie conçue par Apple et Google, leur préférant la sienne. Un peu comme au temps des magnétoscopes SECAM quand quasiment toute l'Europe utilisait PAL. "Ou un peu comme avec votre Minitel", sourit une source européenne.

Europe 1
Par Isabelle Ory, édité par Pauline Rouquette