Coronavirus : comment les premiers tests vont être organisés

, modifié à
  • A
  • A
L'Inserm espère lancer les premiers tests de son vaccin à la fin de l'année. 1:27
L'Inserm espère lancer les premiers tests de son vaccin à la fin de l'année. © AFP
Partagez sur :
La course à un vaccin contre le coronavirus bat son plein. En France, l'Inserm va mettre en place une plateforme pour que les laboratoires puissent faire des premiers tests de vaccins d'ici la fin de l'année.

Alors que la pandémie de coronavirus a causé la mort de plus de 924.000 personnes dans le monde, la course au vaccin se poursuit un peu partout. Sur 180 projets développés, dont 35 en phase clinique et industrielle sur l'homme. À chaque fois, dans ces cas-là, il faut des volontaires pour les tester.

En France, l’Inserm met à disposition des promoteurs académiques et industriels une plateforme, qui sera bientôt lancée sur internet, afin que des volontaires s'inscrivent. Tout le monde pourra le faire, que la personne soit positive ou non au coronavirus. La seule contrainte : avoir plus de 18 ans. Ensuite, un panel sera constitué à partir de cette liste de volontaires et en fonction des besoins de l'expérimentation. Les critères d’âge et la présence de comorbidités seront établis avant d’injecter le vaccin.

"Il y a une reprise de l’activité en France", constate Marie Lachatre, médecin infectiologue à l’hôpital Cochin. Donc l’exposition des personnes volontaires "sera celle que l’on a déjà aujourd’hui [partout en France, ndlr]. Et cela va nous permettre de voir quels groupes sont plus protégés. On espère que ce soit celui avec le vaccin, plus que celui avec le placebo", détaille-t-elle.

Impossible d'en vivre

Une indemnisation est prévue. Le montant sera limité et il sera impossible d’en vivre. De toute façon, ce n’est pas ce qui motive Florence, une des candidates au test : "J’ai deux grands-mères. Je vais les voir régulièrement et j’ai toujours l’appréhension de me dire que même en respectant les gestes barrière, elles peuvent être contaminées. Alors que si je pouvais participer à cette initiative, c’est quelque chose que je peux faire à mon échelle et qui me paraît intéressant."

Le calendrier de test n’est pas encore établi, mais les premiers essais devraient arriver à la fin d’année ou début 2021.

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni, édité par Baptiste Denis