Coronavirus : confinée, l'Église passe en mode 2.0 pour assurer les célébrations

  • A
  • A
Prêtre messe 2:34
Confinés, les prêtres diffusent leurs messes en ligne. © Piero CRUCIATTI / AFP
Partagez sur :
Messes en direct sur Youtube ou au téléphone, homélie en ligne, catéchisme à distance... En ces temps de confinement, l'Église multiplie les initiatives pour rester à l'écoute de ses fidèles et préserver la tenue des célébrations, même si certaines devront toutefois être reportées. 

"Je pense que, depuis le début de la crise, nous avons voulu manifester que l'Église restait bien vivante, qu'elle accompagnait tous nos concitoyens dans l'épreuve qu'ils vivent", explique Monseigneur Mathieu Rougé,​ évêque de Nanterre, invité mardi d'Europe 1. Comme beaucoup de membres de l'Église, il a pris conscience de l'importance de s'adresser aux fidèles par des canaux 2.0. En effet, depuis la suspension des messes dominicales à cause de l'épidémie de coronavirus, les initiatives se multiplient à l'image de ces paroisses qui diffusent les célébrations sur les réseaux sociaux.

Des centaines de messes sont mises en ligne ou se font même parfois par téléphone pour ceux qui n'ont pas internet. D'autres paroisses, comme celle de Bonne Nouvelle à Paris, maintiennent un lien visuel grâce à l'application zoom qui permet à 100 personnes de se connecter en même temps pour chanter ensemble. 

De nombreuses initiatives

Dans le val d'Oise, trois prêtres confinés dans leur paroisse mettent également en ligne quotidiennement une méditation, voire un sketch pour la petite touche d'humour, et le père Alexandre Debussy enregistre tous les jours dans la Chapelle une homélie avec l'espoir de toucher un large public.

"Quand nous parlons devant la caméra, nous souhaitons rejoindre non seulement les chrétiens pratiquants mais tous ceux au milieu desquels nous vivons et qui, je crois, attendent tous une parole qui puisse donner du sens à ce que nous vivons", explique-t-il au micro d'Europe 1. Face au coronavirus, plusieurs prêtres ont, en effet, l'impression d'avoir aujourd'hui un rôle encore plus important à jouer, comme l'assure l'un d'entre eux pour qui la figure du prêtre est essentielle pour accompagner les personnes dont les proches sont victimes de l'épidémie.

"Il y a beaucoup d'initiatives des paroisses et des mouvements d'aumôniers", abonde l'évêque Mathieu Rougé qui se réjouit que les diocèses puissent proposer des éléments de catéchisme à distance pour les enfants. "Demain c'est la grande fête de l'Annonciation. Avec tous les évêques de France, nous demandons que toutes les cloches sonnent à 19h30 pour partager les joies de cette fête", ajoute-t-il au micro de Matthieu Belliard dans la matinale d'Europe 1. 

Mais pour l'évêque de Nanterre, pendant ce moment de confinement, "il est aussi important de profiter de ce moment de retraite collective pour que tous ceux qui le souhaitent puissent, par la formation, par de la prière, par aussi un sentiment de solidarité, par tout ce qui se passe sur les réseaux, rester en communion les uns avec les autres dont les plus fragiles". 

Les baptêmes reportés

Malgré toutes les initiatives mises en place, le confinement bouleverse la tenue de célébrations religieuses comme les rameaux, la semaine sainte, les célébrations de Pâques mais aussi la préparation aux mariages et aux baptêmes. Un point qui désole Monseigneur Mathieu Rougé : "Ce qui nous blesse beaucoup, c'est que nous avons des centaines et des centaines d'adultes qui se préparaient à recevoir le baptême dans la nuit de Pâques, 200 dans mon diocèse de Nanterre et des Hauts-de-Seine et les baptêmes ne vont pas pouvoir avoir lieu", regrette-t-il, précisant attendre la fin du confinement pour choisir une nouvelle date, par exemple à la Pentecôte ou durant la Trinité.

Europe 1
Par Laure Dautriche éditée par Coline Vazquez