Coronavirus : cinq choses à savoir sur l'extension du couvre-feu

, modifié à
  • A
  • A
Couvre feu paris 2000
Le couvre-feu concerne désormais pour 46 millions de Français. © VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
Alors que le couvre-feu a été étendu à 38 nouveaux départements, en plus de la Polynésie, Europe 1 fait le point sur les règles en vigueur et les dérogations possibles. L'attestation de sortie, nécessaire en cas de déplacement, est disponible sur le site du ministère de l'Intérieur. 

La mesure concerne désormais 46 millions de Français. Jeudi, face au rebond toujours plus fort de l'épidémie de coronavirus, le Premier ministre Jean Castex a annoncé l'extension du couvre-feu de 21h à 6h à 38 nouveaux départements. Au total, 54 départements, en plus de la Polynésie, sont désormais soumis à cette mesure qui est entrée en vigueur dans les nouveaux territoires dans la nuit de vendredi à samedi, à minuit. Europe 1 fait le point sur ce qu'il vous faut savoir sur les règles à respecter. 

>> EN DIRECT : Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 24 octobre

Ce qui reste autorisé 

Se déplacer entre 6h et 21h. Si l'hypothèse de reconfinements locaux n'est plus écartée par le gouvernement, aucune restriction de ce type n'a pour l'instant été décidée. Il est donc encore autorisé de circuler librement de 6h du matin à 21h.

Prendre les transports pour aller ou rentrer du travail. Lors de l'annonce de la mise en place des premières mesures de couvre-feu, le 14 octobre, Emmanuel Macron avait précisé qu'aucune restriction des transports ne serait instaurée, notamment "car il y a des gens qui continueront à travailler la nuit, ou en soirée, ou le matin tôt". Vous pouvez donc, si votre emploi le nécessite, vous rendre sur votre lieu de travail, ou le quitter pendant le couvre-feu, et utiliser pour cela les transports en commun. 

Prendre des vacances et changer de région. Alors que les vacances de la Toussaint battent leur plein, il est encore autorisé, puisqu'aucun confinement n'a été décrété, de se déplacer sur l'ensemble du territoire. 

Fréquenter les restaurants, les musées, les cinémas. Ces lieux restent ouverts. Vous pouvez donc tout à fait continuer à vous y rendre, à condition, bien sûr, d'être chez vous à 21 heures. 

Ce qui est interdit

Se déplacer pendant le couvre-feu sans justification. En l'absence d'une attestation de sortie pour des raisons de santé ou professionnelles, vous n'avez pas le droit de circuler entre 21 heures et six heures du matin. Cette interdiction concerne également les activités sportives comme le footing et le vélo. 

Aller dans les bars. Dans les zones d'alerte maximale, les bars restent fermés, contrairement aux restaurants. 

Quelles sont les exceptions prévues ? 

Il reste possible de sortir de chez soi entre 21h et 6h, mais uniquement pour des raisons de santé ou professionnelles, et en étant muni d'une attestation de sortie. Cette attestation n'est d'ailleurs valable que pour une heure pour les déplacements n'ayant pas de lien avec le travail. 

Aller à l'hôpital, à la pharmacie, ou visiter un proche dépendant. Il est possible de circuler pendant les horaires du couvre-feu pour "aller à l’hôpital ou aller chercher des médicaments" dans une pharmacie de garde, précise le gouvernement. Il est aussi autorisé de rendre visite à un proche en situation de dépendance. 

Pour les raisons professionnelles, ne pas oublier un justificatif. Si les déplacements pour raisons professionnelles restent possibles pendant le couvre-feu, il vous faut être muni, en plus de l'attestation, d'un justificatif ou de votre carte professionnelle. 

Prendre un avion ou un train. Si votre train ou votre avion arrive à destination ou part après 21h, vous pouvez circuler après 21 heures, à condition toutefois d'être en mesure de présenter votre billet aux forces de l’ordre, ainsi que votre attestation.

Promener son animal de compagnie. Il reste aussi possible de sortir promener son animal de compagnie, à condition d'être muni d'une attestation.

Où trouver l'attestation de sortie ? 

L’attestation de sortie est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur. Comme lors du confinement, elle est téléchargeable et à remplir sur son téléphone, imprimable et à remplir à la main ou à recopier sur papier libre.

Que risque-t-on en cas de non-respect du couvre-feu ?

Le non respect du couvre-feu est puni d'une amende de 135 euros et peut aller jusqu’à 3.750 euros en cas de récidive. Jeudi, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les forces de l'ordre avaient effectué depuis samedi dernier 32.033 contrôles et prononcé 4.777 verbalisations pour non respect du couvre-feu. 

Europe 1
Par Antoine Terrel avec AFP