Comment vont se décider les modalités du déconfinement "territorialisé" ?

, modifié à
  • A
  • A
1:37
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Le gouvernement envisage un confinement non pas régionalisé mais territorialisé. Emmanuel Macron a expliqué jeudi aux élus locaux que les maires et les préfets allaient contribuer à la mise en place d'un confinement adapté à chaque territoire. 
DÉCRYPTAGE

Le déconfinement du 11 mai ne sera pas lancé région par région mais adapté à chaque territoire, sur consultation des maires et préfets. C'est la piste de travail privilégiée par Emmanuel Macron, comme il l'a expliqué à des élus locaux lors d'une visioconférence jeudi. En début de semaine prochaine, Jean Castex, qui coordonne la question du déconfinement au gouvernement, doit donc présenter aux maires le cadre général pour ensuite travailler à un plan concerté détaillé avec les élus locaux. Celui-ci devrait voir le jour début mai. Europe 1 vous explique qui va fixer les modalités de ce déconfinement "territorialisé" qui doit empêcher une nouvelle propagation du coronavirus.

Les maires et les préfets au cœur du dispositif 

Il y aura, d'abord, un cadre national, le même pour tout le monde. Ensuite les maires et les préfets formeront un couple qui sera le pivot du déconfinement sur le terrain. Ensemble, ils pourront faire remonter les spécificités de chaque territoire et influencer les méthodes de déconfinement adoptées. D'une ville à l'autre, certaines modalités du déconfinement ne seront donc pas les mêmes.

Concernant la réouverture des écoles, les adaptations se feront quasiment commune par commune, voire établissement par établissement, en fonction de la taille des locaux ou de leur vétusté. Même logique pour les transports : les dispositions ne seront pas les mêmes dans les grandes et dans les petites villes. Le chef de l'Etat a également indiqué aux élus que les masques seraient probablement obligatoires dans les transports publics. Des décisions encore susceptibles d'évoluer.

Europe 1
Par Claudia Bertram, édité par Guilhem Dedoyard