Chevaux mutilés : "J'ai peur pour mes bêtes", témoigne un propriétaire agressé

  • A
  • A
Les autorités ont recensé plusieurs cas d'équidés tués. Photo d'illustration. 1:38
Les autorités ont recensé plusieurs cas d'équidés tués. Photo d'illustration. © AFP
Partagez sur :
Maréchal-Ferrant dans le Nord, Rémy a retrouvé plusieurs de ses animaux blessés. "J'ai peur pour mes bêtes. J'ai peur d'arriver un matin et de les retrouver sans vie", témoigne-t-il au micro d'Europe 1. 
TÉMOIGNAGE

Le mystère reste entier sur ces étranges faits-divers. Depuis plusieurs mois, les autorités ont recensé plusieurs cas d'équidés tués, avec souvent des oreilles coupées et des organes mutilées. Et chez les propriétaires, l'inquiétude règne, comme chez ce maréchal-ferrant de Preux-au-Bois, à une heure de Lille, dont l'une des bêtes a été attaquée. 

Rémy caresse la tête de sa jument éborgnée, qui porte désormais un masque noir anti-mouche pour éviter les infections sur sa plaie. "Elle s'est fait crever l’œil, en fait. Peut-être un coup de tournevis, je ne sais pas ce qu'elle a eu. Mais il y avait un trou assez conséquent", raconte-t-il au micro d'Europe 1. "C'est ma petite ponnette de cœur, ça fait longtemps qu'elle est là, donc c'est un peu compliqué de la voir comme ça"

"On va essayer d'identifier les personnes qui ont fait ça"

Deux autres de ses cheveux ont été mutilés : entaille de plusieurs centimètres sur la patte arrière et coup de tournevis dans la cuisse. "J'ai peur pour mes bêtes. J'ai peur d'arriver un matin et de les retrouver sans vie", s'inquiète-t-il. Alors pour les protéger, il se réveille régulièrement la nuit, et a installé des caméras. "Pour le moment, il y en a une qui fait une vue d'ensemble de la prairie. On va en poser encore quatre pour essayer d'identifier les personnes qui ont fait ça", explique-t-il. 

Et Rémy a sa petite idée sur le profil du ou des agresseurs. "C'est quelqu'un qui connait les chevaux, parce que c'est assez compliqué à approcher. Quelqu'un qui sait faire avec les chevaux, qui habite dans le coin ou dans les alentours", estime le maréchal-ferrant. 

Reste que la raison de ces attaques reste inconnue. Peut-être des défis macabres lancés sur le darknet, ce réseau caché sur internet. 

Europe 1
Par Maximilien Carlier, édité par Antoine Terrel