"C'est incompréhensible !" : dans le Doubs, les doses de vaccin anti-Covid vont bientôt manquer

, modifié à
  • A
  • A
Dans le Doubs, les doses de vaccins contre le coronavirus vont bientôt manquer.
Dans le Doubs, les doses de vaccins contre le coronavirus vont bientôt manquer. © Fred TANNEAU / AFP
Partagez sur :
Dès fin juillet, l’objectif de 40 millions de Français primo-vaccinés sera atteint, a indiqué le Premier ministre Jean Castex. Pourtant, certains maires ont reçu un courrier officiel les informant d’une "réduction de dotation" de doses de vaccin. C’est notamment le cas de la maire LR de Montbéliard, Marie-Noëlle Biguinet, invitée mercredi dans la matinale d’Europe 1.   
INTERVIEW

C’est un gros raté. Le pass sanitaire pour aller au cinéma, dans les salles de spectacles, les salles de sport ou encore les musées entre en vigueur ce mercredi. Mais plus aucun rendez-vous n'est possible pour une première injection de vaccin anti-coronavirus dans certains départements, dont le Doubs, à cause d'un incident dans l'envoi des dotations aux collectivités locales. La maire de Montbéliard était l’invitée de Théo Manneval mercredi matin sur Europe 1.

"On nous dit qu'il faut vacciner à tour de bras mais il n'y a pas de doses"

"Nous avons eu des consignes, avant-hier, de bloquer tous les rendez-vous pour les premières doses, d'annuler les journées sans rendez-vous et de bloquer également tous les rendez-vous pour les deux premières semaines d'août, voire le mois d'août", assure Marie-Noëlle Biguinet. Dans un premier temps, l’Agence régionale de santé ne donne aucune explication supplémentaire. Puis, la raison est donnée : il n’y a pas assez de vaccins, les dotations sont donc limitées au niveau national. "On nous dit qu'il faut vacciner à tour de bras mais il n'y a pas de doses", s’agace la maire de Montbéliard

Une information "incompréhensible", selon Marie-Noëlle Biguinet puisqu'Emmanuel Macron et tout le gouvernement pousse à la vaccination. "Il me semble que le minimum quand même, c'est de s'assurer de prévoir et d'anticiper que le nombre de vaccins qu'on va pouvoir mettre à la disposition de la population va répondre à une forte demande", avance-t-elle.

"Une image brouillon" qui nuit au vaccin 

Selon le gouvernement, la dotation peut évoluer et cela se négocie entre le maire et l’ARS. Elle peut notamment baisser s’il y a moins de deuxièmes doses à faire au fur et à mesure que les gens se vaccinent. Avec 520.000 rendez-vous pris par jour cette semaine et la possibilité de faire sa deuxième dose sur son lieu de vacances, l’allocation des doses peut également se faire en fonction des zones touristiques assure le gouvernement. Sauf que les ARS calculent leurs stocks de doses au prorata de la population à l’année et non pas de l’arrivée des touristes.

Selon la maire de Montbéliard, ce couac organisationnel donne "une image brouillon" qui peut contribuer à la méfiance envers le vaccin. "Les gens qui étaient déjà hésitants pour se faire vacciner risquent de l’être encore plus", s'inquiète Marie-Noëlle Biguinet tout en conseillant de se rendre chez son médecin traitant pour se faire vacciner s’il n’y a plus de rendez-vous dans les centres.

Europe 1
Par Virginie Riva, édité par Manon Bernard