Booba/Kaaris : l'affaire de la fusillade sur le tournage d'un clip classée sans suite

, modifié à
  • A
  • A
Les deux rappeurs sont rivaux depuis des années.
Les deux rappeurs sont rivaux depuis des années. © Montage via AFP
Partagez sur :
Le parquet de Bobigny a indiqué mardi le classement sans suite de l'affaire de la fusillade sur le tournage d'un clip du rappeur Booba en 2019, qui soupçonnait son rival Kaaris d'être à l'initiative des coups de feu ayant fait plusieurs blessés.

L'affaire de la fusillade sur le tournage d'un clip du rappeur Booba en 2019, qui soupçonnait son éternel rival Kaaris d'être à l'initiative des coups de feu ayant fait plusieurs blessés, a été classée sans suite, a indiqué mardi le parquet de Bobigny. "La procédure a été classée sans suite, la fusillade n'a pas été reliée à un quelconque différend opposant les rappeurs en question", a déclaré le parquet, confirmant une information du Parisien.

Plusieurs blessés et des coups de feu

Sauf si un élément nouveau venait à être porté à la connaissance du parquet, plus aucune investigation n'est donc en cours dans cette affaire, qui était venue s'ajouter à la liste des incidents entre les meilleurs ennemis du rap français.

Dans la nuit du 20 au 21 août 2019 vers minuit, une quinzaine de personnes munies de battes de base-ball et d'armes à feu avaient surgi sur le tournage d'un clip de Booba dans une zone industrielle d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Plusieurs personnes de l'équipe de tournage avaient été blessées durant l'attaque, victimes de coups de pied, de battes, et une personne avait été touchée par balles à la cuisse.

Le "Duc de Boulogne", 42 ans à l'époque, n'était pas sur place aux moments des faits, mais avait réagi sur Instagram, dans une vidéo où il mentionnait "Armand", le vrai nom de Kaaris.

Rixe et combat de MMA

Booba, qui vit à Miami, est un habitué des "clash" avec d'autres stars du rap et Kaaris, originaire de Sevran, est l'un de ses principaux rivaux. En août 2018, une violente rixe avait éclaté entre les deux hommes dans l'aéroport d'Orly, sous les yeux de passagers éberlués. Ils avaient été condamnés à 18 mois de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende pour cette bagarre.

Les deux rappeurs s'étaient donné rendez-vous un an plus tard en Suisse pour un combat d'arts martiaux mixtes (MMA) censé régler leurs différends, mais la rencontre avait finalement été annulée.