"Bernard Preynat est vraiment dans une posture fuyante", témoigne une victime

, modifié à
  • A
  • A
Pierre-Emmanuel Germain-Thil espère que le père Preynat (ci-dessus) ne fera pas appel à l'issu de son procès. 1:33
Pierre-Emmanuel Germain-Thil espère que le père Preynat (ci-dessus) ne fera pas appel à l'issu de son procès. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, Pierre-Emmanuel Germain-Thil, l'une des victimes qui a témoigné mardi à l'ouverture du procès de Bernard Preynat, accusé de pédophilie, estime que cet ancien prêtre a mis en place une stratégie de défense accès sur son âge.
INTERVIEW

Sept victimes ont témoigné mardi lors du premier jours du procès pour pédophilie de l’ancien prêtre Bernard Preynat. Et notamment Pierre-Emmanuel Germain-Thil, qui évoque une cinquantaine d'abus durant deux ans, entre 1990 et 1991. Juste avant de déposer à la barre, il a ostensiblement enlevé le foulard vert de scout qu'il portait durant ces années, lorsqu'il faisait partie du groupe Saint-Luc de Bernard Preynat. "C’était le foulard que j’avais à l’époque des scouts. Je l’ai porté et enlevé de manière symbolique pour montrer que l’emprise n’était plus là", explique-t-il auprès d’Europe 1.

"Je le brûlerai avec tous mes insignes scouts, et tout ce que j’ai de cette histoire une fois que le procès sera acté", ajoute Pierre-Emmanuel Germain-Thil.

"Bernard Preynat noie le poisson"

Si l'accusé de 74 ans a manifesté des regrets à l’ouverture de son procès, il a eu du mal à convaincre l'assistance de sa sincérité. "Bernard Preynat est vraiment dans une posture fuyante, il confirme des choses mais pas tout. Il noie le poisson en se faisant passer pour un petit pépé qui a un peu oublié", résume Pierre-Emmanuel Germain-Thil à l’issue de cette première journée. "Je pense qu’il est parfaitement au courant de tout ce qu’il a fait et des gens qu’il a rencontré. C’est quelqu’un qui a une grosse mémoire, une grande intelligence. Il ne faut pas oublier qu’à la fin de sa carrière, il devait devenir formateur, voire évêque", rappelle cette victime qui décrit un homme "très manipulateur".

"J’espère, comme je l’ai dit à la fin de mon audition, qu’il ne fera pas appel, car j’ai vraiment envie de tourner la page", poursuit Pierre-Emmanuel Germain-Thil. "Je ne veux pas m’engager dans des années de combat judiciaire."

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Romain David