Banderoles aux fenêtres pour le 1er-Mai : quelles sont les règles ?

  • A
  • A
banderole balcon 1:10
Accrocher une banderole à son balcon n'est pas interdit, à certaines conditions. © AFP
Partagez sur :
Accrocher une banderole à son balcon faute de pouvoir défiler dans la rue, c'est autorisé, mais à certaines conditions. Michel Lavaud, porte-parole de la Direction Générale de la Police Nationale, fait le point au micro d'Europe 1 sur ce qui est permis ou non et les sanctions qui pourront être prises par les autorités. 

Pas de défilé dans les rues, pour cause d'épidémie de coronavirus : comment célébrer la Journée internationale des travailleurs en plein confinement ? Pour exprimer leurs revendications, les syndicats appellent à un 1er-Mai virtuel, sur internet, et sur les balcons, avec concerts de casseroles, pancartes ou banderoles. Mais attention, dans les deux cas, on ne peut pas écrire n'importe quoi. 

 

Pas d'injure, de menace ou d'outrage 

"Il est évident que sur les réseaux sociaux et depuis son balcon avec une banderole, les grands principes restent les mêmes, et notamment celui de la liberté d'expression", pose le porte-parole de la Direction Générale de la Police Nationale, Michel Lavaud, interrogé par Europe 1. "Vous pouvez écrire sur internet et sur votre banderole ce que vous voulez, tant que ce que vous écrivez ne constitue pas une injure, une menace, ou un outrage."

Attention au choix des mots si vous souhaitez fêter le 1er-Mai en confinement, donc. "La police sera vigilante pour que ces nouveaux modes d'expression - internet, les réseaux, les balcons - ne soient pas une occasion pour certains de commettre des infractions, qui, si elles sont constatées et établies, feront l'object d'auditions", prévient Michel Lavaud. "Les personnes qui auraient rédigé des injures seront entendues sur procès verbal."

 

Des infractions traitées "immédiatement" ou "à froid"

Quant à la question de savoir si un policier qui repère une banderole jugée contraire à ces principes ira demander à son propriétaire de l'enlever tout de suite, le porte-parole répond que les situations se trancheront au cas par cas. "Il appréciera avec discernement, sur le terrain, pour savoir s'il convient de traiter immédiatement l'infraction ou s'il convient de la traiter à froid." 

Europe 1
Par Alain Acco, édité par Margaux Lannuzel