"Avec la haine, on n'avance pas" : les parents de Mélanie Lemée témoignent

, modifié à
  • A
  • A
marche blanche Mélanie Lemée 2000*1000 1:58
Samedi, la marche blanche en l'honneur de Mélanie Lemée © NICOLAS TUCAT / AFP
Partagez sur :
À la veille des obsèques de Mélanie Lemée, cette gendarme de 25 ans tuée dans le Lot-et-Garonne le 4 juillet dernier, ses parents témoignent au micro d'Europe 1. 
TÉMOIGNAGE

Malheureux, en colère, mais pas dans un esprit de vengeance. Au lendemain d'une marche blanche et à la veille des obsèques de Mélanie Lemée, cette gendarme de 25 ans tuée le 4 juillet dernier, ses parents se sont confiés au micro d'Europe 1.

"La colère ne signifie pas pour nous la vengeance"

"Je suis en colère bien-sûr, je viens de perdre ma fille âgée de 25 ans", témoigne le père de la gendarme sur notre antenne. "Ceci étant, la colère ne signifie pas pour nous la vengeance." "Ce gars-là, je n'ai pas de jugement à porter sur lui, tout du moins pas dans l'immédiat", ajoute la mère de Mélanie Lemée. "Je ne connais pas le passé qu'il a eu pour en arriver là, mais ce qui est sûr c'est que sa vie est complètement fichue."

"Nous portons des valeurs du vivre ensemble"

"Nous portons des valeurs du vivre ensemble et la haine ou les messages de haine n'ont pas de place dans le vivre ensemble", renchérit le père de la gendarme, qui a reçu la Légion d'honneur à titre posthume. "Et ceux ou celles qui la profèrent, que ce soit sur les réseaux sociaux ou ailleurs, se trompent. Avec la haine, on n'avance pas. Elle ne permet pas aux individus de s'épanouir. Et en faisant ce métier, notre fille n'était pas porteuse de haine", insiste-t-il. 

"Justement, elle mettait toutes ses forces, toute sa conviction, à pouvoir apporter son aide dans ses fonctions de gendarme." Pour les parents de Mélanie Lemée, ne pas vouloir se venger est le meilleur moyen de rester fidèles aux valeurs et aux engagements que leur fille "avait pris en rentrant en gendarmerie". 

Europe 1
Par Charles Guyard, édité par Ugo Pascolo