Attentat de Strasbourg : comment Cherif Chekatt a été abattu

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

L'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël a été tué par les forces de l'ordre, jeudi soir dans le quartier du Neudorf, à Strasbourg, après deux jours de traque.

La cavale de Cherif Chekatt s'est terminée jeudi soir. L'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël a été abattu par les forces de l'ordre dans le quartier du Neudorf, à Strasbourg, là où sa trace avait été perdue deux jours plus tôt. 

Il déambulait sur la voie publique. Cherif Chekatt a tiré en premier sur trois policiers, qui l'ont tué en ripostant. "A 21h, un équipage d'une brigade spécialisée de terrain, composée de trois fonctionnaires de la police, ont aperçu un individu suspect déambulant sur la voie publique au niveau du 74 rue du Lazaret (tout près du stade de la Meinau, ndlr). Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée mardi soir. Ils l'ont interpellé pour l'arrêter. Ce dernier s'est alors retourné, faisant face aux fonctionnaires de police, en tirant. Ils ont riposté et neutralisé l'assaillant", a précisé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, jeudi soir lors d'une brève conférence de presse.

L'homme de 29 ans a été abattu par une patrouille de policiers locaux, appartenant à une BST (brigade spécialisée de terrain). Aucun policier n'a été blessé au cours de l'opération. Un important dispositif de police a été déployé aux alentours. Plus de 700 membres des forces de l'ordre étaient à la recherche de Cherif Chekatt depuis l'attentat. 

Signalé par une femme dans l'après-midi. C'est l'appel à témoins, lancé mercredi soir, qui a précipité la fin de la traque. Après la diffusion de sa photo, le terroriste a été signalé à plusieurs endroits, en Alsace, dans le Jura, dans une voiture en direction de Lyon et même dans un train en Suisse. Autant de pistes qu'il a fallu vérifier, une à une, avec un maximum de précautions. Jeudi après-midi, l'étau s'est finalement resserré dans le quartier du Neudorf, où Cherif Chekatt a grandi et où il s'est volatilisé après la fusillade, mardi soir. Une femme à qui il avait demandé de l'aide, qui avait remarqué qu'il ressemblait au fugitif et qu'il était blessé au bras, l'a signalé à la police.

" Deux des trois policiers ont riposté, tirant à de nombreuses reprises et tuant l’auteur "

Aussitôt, c'est le branle-bas de combat, avec des hélicoptères dans le ciel, le RAID et la BRI dans les rues. Une opération spectaculaire et bruyante, qui a pris fin en début de soirée. Pendant deux heures, les forces d'intervention ont ratissé le quartier sans succès, mais ils savaient que le tireur n'était pas loin. D'après les informations d'Europe 1, des traces de sang ont été relevées et Cherif Chekatt avait été filmé par une caméra de surveillance, près de la ZAC SNCF toute proche.

Neutralisé par une patrouille du commissariat local. Toute cette agitation policière autour de lui avait également pour objectif de le faire bouger. Et cela a fonctionné. Un dispositif de surveillance, plus discret, a été maintenu pendant qu'un hélicoptère survolait la zone avec une caméra thermique. Finalement, tout s'est joué aux abords d'une zone industrielle et du stade de la Meinau, lorsqu'une patrouille du commissariat local aperçoit un suspect qui correspond au signalement, vêtu d'un anorak noir avec une capuche en fourrure.

"C’est une patrouille de police, qui a remarqué à 21h, marchant rue du Lazaret, un individu dont le signalement pouvait correspondre à l’auteur des faits. Celui-ci, qui a détecté la présence du véhicule de police a alors fait mine de rentrer dans l’immeuble situé au numéro 74 de cette rue", a détaillé le procureur de Paris lors d'une conférence de presse, vendredi. Après avoir "remarqué qu’il ne parvenait pas à ouvrir la porte de l’immeuble", les fonctionnaires se sont "signalés en faisant état de leur qualité de policier".

 

neudorf-film-des-evenements

 

"Un projectile a atteint le véhicule de police au-dessus de la portière arrière gauche." Cherif Chekatt s'est alors retourné et a ouvert le feu en direction de la voiture de police. "Un projectile a atteint le véhicule de police au-dessus de la portière arrière gauche. Deux des trois policiers ont alors riposté, tirant à de nombreuses reprises et tuant l’auteur", dont le décès a été constaté a 21h05, a précisé le procureur.

Le vieux revolver, modèle 1892, avec lequel il a semé la mort mardi soir dans les rues de Strasbourg, a été retrouvé près de lui, "chargé de six munitions, dont cinq percutées". "Un couteau et huit autres munitions de calibre 8 mm" ont également été retrouvés en sa possession. Cherif Chekatt a été abattu à seulement quelques centaines de mètres du dernier endroit où il avait été localisé, mardi dans le quartier du Neudorf. L'enquête devra déterminer comment il a réussi à se cacher pendant deux jours.