L'ESSENTIEL - Attentat de Strasbourg : Cherif Chekatt abattu, l'enquête se poursuit

, modifié à
  • A
  • A
Cherif Chekatt a été tué jeudi soir à Strasbourg.
Cherif Chekatt a été tué jeudi soir à Strasbourg. © AFP
Partagez sur :
L'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël a été abattu par la police, jeudi soir au quartier du Neudorf, tout près du dernier endroit où il avait été localisé.  
L'ESSENTIEL

La traque est terminée. Après deux jours de chasse à l'homme, la police a abattu Cherif Chekatt jeudi soir, à Strasbourg. L'auteur présumé de l'attentat contre le marché de Noël a été abattu dans le quartier du Neudorf, là où sa trace avait été perdue deux jours plus tôt. Le bilan de l'attentat est passé à trois morts. 

Les principales informations à retenir

  • Cherif Chekatt a été abattu jeudi soir par la police dans le quartier du Neudorf
  • L'État islamique l'a qualifié de "soldat" de l'EI, jeudi soir
  • Le bilan de l'attentat est de trois morts, alors que trois autres personnes sont entre la vie et la mort

Cherif Chekatt abattu par la police

La cavale de Cherif Chekatt s'est terminée jeudi soir. L'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël a été abattu par les forces de l'ordre au 74 rue du Lazaret, dans le quartier du Neudorf. Cherif Chekatt a tiré en premier, provoquant un tir de riposte des forces de l'ordre, qui l'ont tué.

Tué par une patrouille de policiers locaux. "A 21h, un équipage d'une brigade spécialisée de terrain composée de trois fonctionnaires de la police ont aperçu un individu suspect déambulant sur la voie publique au niveau du 74 rue du Lazaret (tout près du stade de la Meinau, ndlr). Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée mardi soir. Ils l'ont interpellé pour l'arrêter. Ce dernier s'est alors retourné, faisant face aux fonctionnaires de police, en tirant. Ils ont riposté et neutralisé l'assaillant", a précisé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, jeudi soir lors d'une brève conférence de presse. 

L'homme de 29 ans a été abattu par une patrouille de policiers locaux, appartenant à une BST (brigade spécialisée de terrain). Aucun policier n'a été blessé au cours de l'opération. Un important dispositif a été déployé aux alentours. Plus de 700 membres des forces de l'ordre étaient à la recherche de Cherif Chekatt depuis l'attentat. 

Signalé par une femme dans l'après-midi. Les enquêteurs ont pu retrouver la trace de Cherif Chekatt grâce au signalement d'une femme, un peu plus tôt dans l'après-midi. Cette femme avait remarqué qu'il ressemblait au fugitif et qu'il était blessé au bras, selon une source proche de l'enquête à l'AFP. Elle l'a ensuite signalé à la police, répondant à un appel à témoins qui avait été lancé mercredi soir. 

Abattu tout près du dernier endroit où il avait été localisé. Cherif Chekatt a été abattu à seulement quelques centaines de mètres du dernier endroit où il avait été localisé, mardi dans le quartier du Neudorf. Plusieurs opérations de police avaient déjà eu lieu dans ce quartier du sud de Strasbourg, où l'auteur présumé de l'attentat a grandi. L'enquête devra déterminer comment il a réussi à se cacher pendant deux jours.

neudorf-film-des-evenements

Ce que l'on sait de Cherif Chekatt

Cherif Chekatt, un homme de 29 ans au lourd passé judiciaire, était connu pour radicalisation. L'auteur présumé de l'attentat a été qualifié de "soldat" par l'État islamique. 

Un délinquant précoce. Ce natif de Strasbourg, fiché S et inscrit au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), avait échappé mardi matin à une interpellation dans une affaire de droit commun, dans laquelle il est suspecté de tentative d'assassinat. Cherif Chekatt "avait dès l'âge de 10 ans un comportement qui relevait du pénal" et a été condamné pour la première fois à 13 ans. D'après notre correspondant sur place, une première plainte avait été déposée à son encontre lorsqu'il avait 7 ans, après avoir frappé un personnel de son école. Il a été condamné 27 fois pour des vols et des violences en France, en Allemagne et en Suisse.

Un "soldat" de l'État islamique ? Cherif Chekatt avait été signalé en détention en 2015 pour sa radicalisation et son prosélytisme religieux, et était suivi par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Aucune velléité de passage à l'acte n'avait toutefois été détectée. Peu après sa mort, l'État islamique a assuré que Chekatt était un "soldat" de l'EI, selon son média de propagande Amaq. 

Des témoins ont entendu Cherif Chekatt crier "Allah Akbar" lors de l'attaque de mardi soir, au cours de laquelle il a été blessé au bras après des échanges de tirs avec des militaires. Selon les informations du Parisien, Cherif Chekatt aurait dit au chauffeur de taxi qui l'a déposé au Neudorf, dans sa fuite mardi soir, qu'il avait "tué pour venger ses frères morts [en Syrie]". 

Une cinquième garde à vue dans le cadre de l'enquête. Le parquet de Paris a signalé qu'une cinquième personne de l’entourage de Cherif Chekatt a été placée en garde à vue à Strasbourg jeudi matin. Cet homme ne fait pas partie de la famille du tireur, a-t-il été seulement précisé.

Europe 1
Par Europe1.fr avec le service police-justice d'Europe 1, et AFP