Angélique : enquête préliminaire pour exhibition sexuelle

  • A
  • A
David R. a été mis en examen et placé en détention provisoire pour la séquestration, le viol et le meurtre de l'adolescente âgée de 13 ans.
David R. a été mis en examen et placé en détention provisoire pour la séquestration, le viol et le meurtre de l'adolescente âgée de 13 ans. © AFP
Partagez sur :
Selon BFMTV, un témoin a affirmé avoir vu l'homme mis en examen pour le meurtre d'Angélique, s'exhiber dans un bus devant des adolescents, quelques jours avant le meurtre

Une enquête préliminaire pour exhibition sexuelle a été ouverte à l'encontre de David R., déjà mis en examen pour le viol et le meurtre de la petite Angélique à Wambrechies, dans le Nord, fin avril, ont indiqué vendredi des sources judiciaires.

David R., 45 ans, a été mis en examen dans la nuit de lundi à mardi et placé en détention provisoire pour la séquestration, le viol et le meurtre de l'adolescente âgée de 13 ans, dont le corps a été retrouvé dimanche dans un bois à Quesnoy-sur-Deûle. "Une enquête préliminaire distincte" pour exhibition sexuelle a été ouverte, a indiqué vendredi soir le procureur de la République de Lille, Thierry Pocquet du Haut-Jussé.

Exhibé dans un bus devant des adolescents. Selon BFMTV, un témoin entendu par les enquêteurs a affirmé l'avoir vu s'exhiber dans un bus devant des adolescents quelques jours avant le meurtre. Le 25 avril à Wambrechies, Angélique avait suivi chez lui David R., un ancien voisin, qui prétextait avoir des objets à lui remettre pour ses parents. Ce père de deux enfants, chauffeur de bus, a avoué l'avoir alors violée puis étranglée. Il a caché ensuite son corps dans un bois. 

Condamné en 1996 pour "viol avec arme". Son avocat a souligné qu'il regrettait son crime, parlant d'"un homme complètement effondré, hagard, abasourdi, en larmes", lors de leur rencontre lundi. Il avait été condamné en 1996 pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence", et était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). Une marche blanche a rassemblé mardi 3.300 personnes, selon la préfecture. Les obsèques de l'adolescente doivent avoir lieu samedi matin.