Contrairement aux idées reçues, le tabac ne protège pas du coronavirus

, modifié à
  • A
  • A
Le tabac ne protège pas du coronavirus. Au contraire, il augmente le risque de déclencher des formes sévères. 2:00
Le tabac ne protège pas du coronavirus. Au contraire, il augmente le risque de déclencher des formes sévères. © Philippe Huguen / AFP
Partagez sur :
Il y a quelques mois, les chercheurs ont trouvé une étonnante corrélation entre la cigarette et le Covid-19 : la nicotine qu'elle contient pourrait protéger du coronavirus. Une corrélation désormais balayée d'un revers de main par les scientifiques, qui affirment que le tabac augmente le risque de déclencher une forme sévère du virus.

Lors du premier confinement dû au Covid-19, pendant les mois de mars et d'avril, des études ont été réalisées sur des fumeurs atteints du virus. Et les résultats ont été assez surprenants : fumer protègerait du virus notamment grâce à la nicotine. Est-il vraiment possible que fumer protège du coronavirus ? Le docteur Jimmy Mohamed déconstruit cette croyance en s'appuyant sur des études plus récentes, dans l'émission Sans Rendez-Vous sur Europe 1. 

"Des études plus anciennes sur la période mars-avril montraient que les fumeurs seraient épargnés du Covid-19 et feraient des formes moins sévères. Cela pose une question : est-ce que l'on doit relayer ces études à chaque fois ? Il y a de bonnes et de mauvaises études. De plus, il est très facile de porter la confusion dans le message que l'on donne et encore plus avec ces études extraordinaires, qui sortent de l'habituel. C'est d'ailleurs exactement la même problématique qu'il y a eu avec la chloroquine. 

Ce n'est pas un remède mais un poison

Mais depuis, d'autres études ont été réalisées pour savoir si la nicotine permettait réellement de protéger contre le coronavirus. Les chercheurs ont donné de la nicotine à des non-fumeurs qui avaient le Covid-19 pour voir si ça allait les protéger. Les résultats ont infirmé l'expérience.

C'est alors qu'une méta-analyse a été lancée, c'est-à-dire une étude d'études. Les recherches concernaient donc près de 50 études, soit 32.000 malades, des fumeurs et des non-fumeurs. Les scientifiques ont cherché à savoir si les patients déclaraient une forme plus grave du virus en cas de consommation de tabac ou non. Et la réponse s'est avérée être positive : il y a deux fois plus de risques de déclencher une forme sévère de Covid-19 lorsque l'on fume. Et pour les anciens fumeurs, il existe 25% de risque en plus de déclarer une forme grave. Donc oui, le tabac, d'une façon générale, c'est dangereux et face au Covid-19, ça l'est tout autant. Ce n'est absolument pas un remède. Au contraire, c'est un poison. 

Existe-t-il un traitement préventif ? 

Pour l'instant, aucune molécule n'a fait preuve de son efficacité. Beaucoup de tests sont en cours. L'interféron, la molécule responsable de l'inflammation, a été testée sans succès. Même chose pour certaines familles d'antidépresseurs. On n'a jamais mis autant d'argent et d'énergie dans la recherche indépendante. L'espoir viendra donc d'un vaccin.

Le tabac tue plus que le Covid-19

D'une façon générale, même si le tabac protégeait du Covid-19, il entraîne beaucoup d'autres maladies, comme les cancers du poumon, de la gorge, du sein... On a du mal à le comprendre, mais le tabac tue plus que le Covid-19. Et il continuera de tuer plus puisque cette infection va durer encore quelques mois, peut-être encore un an, mais nous allons finir par nous en sortir. Or, le tabac continuera d'empoisonner toute la vie. Il ne faudrait pas prendre de mauvaises habitudes actuellement pour ensuite les payer toute sa vie".

Europe 1
Par Jimmy Mohamed édité par Manon Bernard