"On tient le bon bout" : l'épidémie de coronavirus poursuit sa décrue

, modifié à
  • A
  • A
La décrue de l'épidémie de coronavirus se confirme jour après jour. 1:15
La décrue de l'épidémie de coronavirus se confirme jour après jour. © AFP
Partagez sur :
25 jours après le début du déconfinement, la barre des 29.000 morts du coronavirus a été franchie en France. Mais la décrue de l'épidémie semble se confirmer, comme le constatent notamment les médecins généralistes sur le terrain. Seul un sur dix a été confronté à un cas positif la semaine dernière. 

25 jours après le début du déconfinement, les Français poursuivent chaque jour la redécouverte d'activités interdites pendant des semaines en raison du coronavirus, et étaient au rendez-vous de la réouverture des cafés, bars et restaurants. Sur le front de l'épidémie, la barre des 29.000 morts a été franchie en France, mais la situation continue de s'améliorer en réanimation, avec une baisse du nombre de patients. Et la décrue semble se confirmer, comme l'indiquent les chiffres du syndicat des médecins généralistes de France. 

Lors de la première semaine du déconfinement, les médecins généralistes ont largement prescrit des tests à leurs patients au moindre symptôme. Résultat, 5,6 % de tests positifs. Deux semaines plus tard, la même étude a été menée, et a donné des chiffres encore plus encourageants, puisque seuls 3,6% de tests se sont révélés positifs.

"On ne peut pas dire que le virus ne circule plus"

 

Seul un médecin généraliste sur dix a été confronté à un cas positif la semaine dernière, ce qui veut dire que le virus circule de moins en moins dans le pays. Autre indicateur dans le vert, les appels au Samu concernant le Covid-19, qui indiquent presque en temps réel l’évolution de l’épidémie. De ce côté-là aussi, aucune augmentation n'est constatée. "On est même sur un nombre d’appels presque anecdotique", confie une responsable du Samu.

"On tient le bon bout", renchérit un épidémiologiste, qui prévient toutefois : "avec 500 nouveaux cas, et 3 à 4 nouveaux clusters par jour, on ne peut pas dire que le virus ne circule plus".