Nouveau protocole sanitaire à l’école : les mesures de fermetures de classes assouplies

, modifié à
  • A
  • A
Dans le nouveau protocole, 1 cas de covid-19 ne sera plus suffisant pour fermer la classe. 1:29
Dans le nouveau protocole, 1 cas de covid-19 ne sera plus suffisant pour fermer la classe. © XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :
Dimanche soir, le ministère de l'Education Nationale a présenté de nouvelles règles assouplies pour les écoles primaires, une décision basée sur l'avis du Haut Conseil de la santé publique qui estime que les enfants sont peu actifs dans la circulation du virus.

Quelque 89 établissements scolaires sont actuellement fermés en France en raison de cas de coronavirus. Dimanche soir, le ministère de l'Education nationale a présenté les nouvelles règles en vigueur dans les écoles maternelles et élémentaires, un protocole sanitaire allégé pour laisser les écoles ouvertes. Cette décision est basée sur l'avis du Haut Conseil de la santé publique qui estime que les enfants sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la circulation du virus. Des mesures plus souples donc, qui seront en place à partir de mardi.

Fermetures seulement dès trois cas 

Avec ce nouveau protocole, un cas positif au coronavirus n'entraînera plus la fermeture de la classe. L'enfant contaminé sera le seul isolé pendant sept jours, les autres élèves et le professeur ne seront quant à eux plus considérés comme des cas contacts. Une fermeture de classe, voire d'école, pourra être décidée seulement à partir de trois cas confirmés dans une même classe. 

La santé du personnel "au second plan" selon le Snalc

Mais pour le président du Snalc, un syndicat d'enseignants, cet assouplissement des règles est précipité. "On fait passer au second plan la santé des personnels dans les écoles primaires. A force de se côtoyer, même si les enfants contaminent peu, est-ce qu'ils ne vont pas risquer de contaminer les adultes qui sont à l'école et eux peuvent contaminer beaucoup plus de monde ?", s'inquiète Jean-Rémi Girard. "Donc le risque est là. Est-ce que c'est un risque mesuré, c'est loin d'être certain."

De son côté, le ministère s'appuie sur l'avis du Haut conseil de la santé publique : les enfants sont moins contagieux que les adultes et le risque de transmettre le virus est plus faible. Inutile donc, estime le gouvernement, de continuer à renvoyer autant d'écoliers chez eux. Depuis la rentrée, près de 90% des établissements fermés sont des écoles primaires ou maternelles.

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Séverine Mermilliod