Médicaments et canicule : gare à la déshydratation !

, modifié à
  • A
  • A
La canicule s'est installée sur la France, comme ici à Revel, en Haute-Garonne.
La canicule s'est installée sur la France, comme ici à Revel, en Haute-Garonne. © ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :
Certains traitements peuvent altérer le fonctionnement normal du cœur, des reins et de la peau, trois organes qui œuvrent à la régulation de la température corporelle.
EUROPE 1 VOUS ACCOMPAGNE

Gare aux médicaments en cas de canicule ! Certains ne cohabitent pas bien avec la chaleur, soit parce qu'ils accentuent la sensation de chaleur, soit parce qu'ils empêchent le corps de s'adapter à ces températures élevées. Dans le viseur : les médicaments qui vont perturber nos thermostats naturels que sont le cœur, le rein et la peau.

Des médicaments qui brouillent les capacités du corps à réguler sa température

En cas de forte chaleur, le cœur accélère son rythme cardiaque, le rein fonctionne à plein régime et la peau, grâce à la transpiration, permet de refroidir la température du corps. Tous les patients qui prennent des médicaments pour des problèmes cardiaques ou rénaux doivent donc particulièrement bien s'hydrater, mais aussi tous ceux qui prennent des traitements qui altèrent le mécanisme de la sudation.

"Il s’agit, par exemple, des traitements de certains troubles de l’humeur, avec les neuroléptiques et les antidépresseurs, mais aussi certains médicaments anti-allergiques", détaille auprès d’Europe 1 François Chast, président honoraire de l'Académie nationale de pharmacie. "Lorsque l’on est enrhumé en été, on a tendance à prendre des décongestionnants nasaux comme la pseudoéphédrine. La vasoconstriction va diminuer la sudation. Dès lors, la sueur ne pourra pas jouer son rôle de régulateur du thermostat", ajoute-t-il.

Il n’est pas question évidemment d'arrêter brutalement les traitements, et encore moins les antidépresseurs, mais pour les patients concernés, il faut boire beaucoup, et hydrater sa peau directement avec des linges humides.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Romain David