"Personne n’a envie de revenir au confinement, mais les chiffres sont là", alerte le maire de Nancy

, modifié à
  • A
  • A
Mathieu Klein 3:03
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Mathieu Klein, le maire de Nancy, réclame depuis plusieurs jours au gouvernement un reconfinement, ne serait-ce que localement. Car la situation dans le grand Est est l'une des plus préoccupantes de France. Sur Europe 1, il explique mardi pourquoi il en appelle à l'exécutif. 

Depuis plusieurs jours, plusieurs élus du Grand Est, l'une des régions les plus touchées actuellement par l'épidémie de coronavirus, réclament un nouveau confinement, ne serait-ce qu'à un niveau local. Le maire de Nancy Mathieu Klein est de ceux-là. Il est venu expliquer sa position mardi sur Europe 1. "La question du confinement n'est pas aisée. Personne n'a envie d'y revenir. Mais les chiffres sont malheureusement là", a alerté l'élu socialiste, dont la ville est actuellement la deuxième la plus touchée de France, avec un taux d'incidence de 310 (soit 310 cas pour 100.000 habitants).

"Nous sommes dans une situation qui de toute façon aujourd’hui nécessite une réaction"

"A l’hôpital de Nancy, la situation depuis 15 jours s’est fortement dégradée, puisque nous avons 50% d’augmentation de patients Covid. 90% des lits de réanimation sont déjà occupés et ils le sont pour pas loin de la moitié par des patients Covid", a précisé Mathieu Klein. "Et nous avons assisté sur le territoire de la métropole du grand Nancy tout au long du mois de décembre à une augmentation très importante - jusqu’à 2,5 fois - de l’incidence, c’est à-dire de la circulation du virus."

"Nous sommes dans une situation qui de toute façon, aujourd’hui, nécessite une réaction, conclut l'élu. C’est le sens des prises de position que nous avons été nombreux à exprimer ces derniers jours sur le quart nord-est, dans le Grand Est ou en Bourgogne-Franche-Comté", l'autre région la plus touchée actuellement.

"J'ai fait part à Olivier Véran de l'enjeu de ne pas attendre"

Mathieu Klein s'en est d'ailleurs directement ouvert à Olivier Véran, qu'il a eu deux fois au téléphone ces derniers jours, a-t-il annoncé. "Il m'a dit que plusieurs scénarios étaient sur la table, parmi lesquels un reconfinement local, régional, parmi lesquels un durcissement du couvre-feu, parmi lesquels, aussi, une solution d’attente qui consiste à renvoyer à début janvier des décisions", a détaillé l'édile. "Je lui ai fait part, pour ce qui concerne notre territoire, de l’enjeu de ne pas attendre, parce que nous voyons la situation se dégrader de façon régulière depuis le début du mois de décembre."

Pour savoir si Mathieu Klein a été entendu, il faudra patienter jusqu'à la mi-journée, mardi. Jusqu'à l'issue d'un conseil de défense prévu dans la matinée autour d'Emmanuel Macron. A l'issue de cette réunion, des mesures plus restrictives pourraient être adoptées. A moins que le gouvernement ne décide d'attendre le début de l'année 2021.