Coronavirus : 30.265 morts, les réanimations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Le bilan du coronavirus est de 30.265 morts en France.
Le bilan du coronavirus est de 30.265 morts en France. © AFP
Partagez sur :
Le dernier bilan du coronavirus fait état de 30.265 morts en France, alors que les réanimations sont à nouveau à la baisse après une légère remontée. Mais le virus circule toujours et plusieurs villes vont imposer le port du masque en extérieur, notamment à Lille. 
L'ESSENTIEL

Après une légère remontée, les réanimations dues au coronavirus sont à nouveau à la baisse vendredi. Le dernier bilan du coronavirus fait état de 30.265 morts au total dans le pays. La circulation du virus reste tout de même soutenue, et plusieurs villes vont désormais imposer le port du masque en extérieur. De son côté, l'Union européenne a réservé 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi.

La crise sanitaire fait aussi vaciller des pans entiers de l'économie mondiale. Les États-Unis, entrés officiellement en récession, mais également l'Allemagne, la France, ou encore l'Italie ont notamment connu une chute historique de leur PIB au deuxième trimestre. De son côté, le Mexique devient le troisième pays le plus endeuillé au monde, avec 46.000 morts. En Grande-Bretagne, la prochaine phase du déconfinement prévue samedi a été repoussée de deux semaines par le gouvernement. 

Les principales informations à retenir 

  • Le bilan du coronavirus est de 30.265 morts, les réanimations sont en baisse
  • L'UE réserve 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi
  • En France, le port du masque va être rendu obligatoire dans plusieurs villes, notamment à Lille
  • Prévue samedi au Royaume-Uni, la prochaine étape du déconfinement est reportée

Les réanimations à nouveau en baisse, 30.265 morts au total

Jeudi, le nombre de patients en réanimation en raison du coronavirus avait légèrement augmenté (un cas en plus), une première depuis avril. Vendredi, ce chiffre s'est à nouveau affiché en baisse, avec 371 cas graves recensés, soit 10 de moins en 24h. Le bilan est dorénavant de 30.265 morts au total, soit 11 décès en une journée. Dans le détail, 19.750 personnes sont mortes au sein des établissements hospitaliers et 10.515 en établissements sociaux et médico-sociaux (Ehpad). 

Le nombre de nouveaux cas confirmés de coronavirus reste cependant largement au-dessus de 1.000, avec 1.346 nouvelles infections en 24h. 5.298 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection au Covid-19. 

Le port du masque rendu obligatoire dans plusieurs villes

Le préfet du Nord a annoncé vendredi que le port du masque serait obligatoire dans l'espace public à partir de "Lundi 00h00" dans "un certain nombre de zones" de la métropole européenne de Lille, en raison d'une recrudescence de l'épidémie. D'autres décisions similaires pourront être prises localement par les préfets, a par ailleurs annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran. "Les préfets pourront désormais par arrêté étendre l'obligation de port du masque aux lieux publics ouverts. Cette décision pourra être prise localement, en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire", a-t-il écrit dans un tweet.

Par ailleurs, le port du masque sera obligatoire la semaine prochaine dans le centre-ville de Bayonne et de Biarritz, ville dont les plages seront interdites la nuit pour limiter les réunions festives, ont annoncé les autorités jeudi. À Biarritz, cela inclura la zone hyper-touristique de l’Hôtel du Palais et de la plage de Port-Vieux.

La mairie ne s’interdit pas de fermer la plage ponctuellement en journée, en cas de marée haute qui limiterait la place sur le sable et conduirait à une trop forte densité de baigneurs. De son côté, la mairie de Saint-Malo a pris un arrêté rendant obligatoire, jusqu'au 30 août, le port du masque dans la ville intra-muros et sur les remparts. Le gouvernement envisagerait aussi de rendre le masque obligatoire dans le Nord, frontalier de la Belgique.

Le PIB de la France enregistre un plongeon historique

Du côté de l'économie, la France a enregistré un plongeon historique de 13,8% de son produit intérieur brut au deuxième trimestre à cause de l'épidémie, a annoncé vendredi l'Insee. Depuis qu'il mesure l'activité économique française de façon trimestrielle, jamais l'Institut national des statistiques n'avait enregistré pareil effondrement. Il a aussi révisé sa mesure de l'activité au premier trimestre, qui a chuté de 5,9%, au lieu de 5,3% rapporté précédemment. Dans le détail, la consommation des ménages, principale composante de la croissance, a reculé de 11%, les investissements de 17,8%, les exportations de 25,5%. Invité de la matinale d'Europe 1, Ludovic Subran, chef économiste d'Allianz, a affirmé que la France "ne retrouverait pas son niveau d'avant crise avant 2022".

L'UE réserve 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi

La Commission européenne a annoncé vendredi avoir réservé au nom des 27 Etats membres 300 millions de doses du vaccin contre le Covid-19 en préparation par le groupe Sanofi. L'exécutif européen poursuit en outre "des discussions intensives" avec d'autres fabricants de vaccins, est-il précisé dans un communiqué. Quelques heures avant l'annonce européenne, Sanofi et le laboratoire britannique GSK ont annoncé qu'ils allaient recevoir jusqu'à 2,1 milliards de dollars des Etats-Unis pour le développement de leur potentiel vaccin anti Covid-19, après avoir été sélectionnés pour fournir 100 millions de doses aux Américains.

Le gouvernement britannique reporte la prochaine étape du déconfinement

Prévue pour samedi, la prochaine phase du déconfinement en Angleterre va être repoussée d'au moins deux semaines, a annoncé vendredi le Premier ministre Boris Johnson. Le dirigeant conservateur a justifié cette décision en citant les derniers chiffres sur la propagation du coronavirus et dit devoir "appuyer sur la pédale de frein". "Je sais que les mesures que nous prenons seront un véritable coup dur pour beaucoup de gens, pour tous ceux dont les projets de mariage ont été perturbés ou qui ne peuvent pas maintenant célébrer l'Aïd comme ils le souhaiteraient", a déclaré Boris Johnson lors d'une conférence de presse. "Et je suis vraiment, vraiment désolé, mais nous ne pouvons pas simplement prendre de risque."

De nombreux pays en récession

En Europe, l'Allemagne, le moteur économique du continent, a elle aussi annoncé jeudi un "plongeon historique" de 10,1%, de son PIB au deuxième trimestre. Le pays connaît ainsi sa pire récession depuis l'après-guerre : la contraction de son PIB est bien supérieure à celle de 4,9% qu'elle a connue au plus fort de la crise financière de 2009. L'Espagne est elle aussi entrée en récession, après un effondrement de son PIB de 18,5% par rapport au précédent, selon les données publiées vendredi par l'Institut national de la statistique. La chute est aussi importante en Italie. Le PIB de la troisième économie de la zone euro s'effondre de 12,4%, a affirme vendredi l'Institut national des statistiques. 

Aux États-Unis, le confinement a entraîné une chute historique du produit intérieur brut au deuxième trimestre, de 32,9% en rythme annualisé. Par rapport au deuxième trimestre 2019, la baisse est de 9,5%. Avec cette deuxième chute trimestrielle consécutive, la première économie du monde est officiellement entrée en récession. Au premier trimestre, le PIB américain avait reculé de 5%.

Un quart des premiers cas repérés hors de Chine étaient des gens qui ont voyagé en Italie 

Un quart des premiers cas de Covid-19 repérés hors de Chine continentale étaient des gens qui avaient voyagé en Italie, selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases, selon laquelle le début de la pandémie pourrait être lié à trois pays. Ces travaux publiés cette semaine prennent en compte le premier cas enregistré dans 99 pays hors de Chine continentale durant les 11 premières semaines de l'épidémie (entre le 31 décembre 2019 et le 10 mars 2020) : ils montrent que près de deux tiers (60%) de ces personnes avaient voyagé en Italie (27%), en Chine (22%) ou en Iran (11%).

Il existe toutefois des limites importantes à l'étude, soulignent les chercheurs : les premiers cas déclarés dans chaque pays n'étaient peut-être pas réellement les premiers à exister, puisque certains sont sans doute d'abord passés inaperçus. L'étude porte sur 99 pays hors de Chine continentale, où 32.000 cas ont été déclarés durant la période entre le 31 décembre 2019 et le 10 mars 2020.

Le Mexique devient le troisième pays le plus endeuillé 

Les États-Unis ont enregistré jeudi 1.379 nouveaux décès dus au coronavirus en une journée, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. De loin le plus touché, le pays déplore au total 151.826 décès liés au Covid-19. Derrière les États-Unis et le Brésil (91.263 décès), le Mexique est passé jeudi au troisième rang des pays endeuillés devançant le Royaume-Uni avec 46.000 morts.

Au total, la pandémie a fait au moins 667.360 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11h00 GMT. L'Argentine a enregistré de nouveaux records quotidiens de victimes du coronavirus avec 153 décès et 6.377 contaminations recensés sur les dernières 24 heures, a annoncé jeudi le ministère de la Santé.