Covid-19 : 62.427 morts en France, plus de 20.000 nouveaux cas

, modifié à
  • A
  • A
La France compte ce vendredi soir 62.247 morts du coronavirus.
La France compte ce vendredi soir 62.247 morts du coronavirus. © AFP
Partagez sur :
Le jour de Noël, l'Europe a franchi la barre des 25 millions de cas, tandis que la France compte 62.427 morts. Les premières vaccinations commenceront donc dès dimanche dans deux établissements hospitaliers en France. 
L'ESSENTIEL

Alors que des millions de familles françaises ont passé un drôle de réveillon de Noël, crise du Covid-19 oblige, la France compte ce vendredi soir 62.247 morts du coronavirus. L'Europe a franchi la barre des 25 millions de cas officiellement comptabilisés. La Haute autorité de santé vient quant à elle de donner son feu vert au vaccin Pfizer/BioNTech, quelques jours avant le début de la vaccination en France. Le président de la République, Emmanuel Macron, qui ne présente plus de symptômes, est sorti de son isolement, jeudi, après avoir été testé positif au Covid-19 la semaine dernière. 

Les informations à retenir :

  • 62.427 morts du coronavirus en France, plus de 20.000 nouveaux cas 
  • L'Europe vient de franchir la barre symbolique des 25 millions de cas
  • La Haute autorité de santé a donné son feu vert au vaccin Pfizer/BioNTech
  • Emmanuel Macron est sorti de isolement à La Lanterne
  • Plus de 21.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures

62.427 morts en France

Ce vendredi, la France compte 62.427 morts du coronavirus, selon les chiffres publiés sur le site du gouvernement, soit 159 de plus sur les dernières 24 heures. Dans le même temps, on dénombre 20.262 nouveaux cas de Covid sur le territoire, bien loin de l'objectif des 5.000 patients positifs fixé par le gouvernement à la mi-décembre. Néanmoins, les hospitalisations et les réanimations sont en légère baisse depuis le dernier pointage. On compte ainsi 247 patients de moins dans les hôpitaux et 27 cas graves de moins dans les services de réanimations. 

Feu vert de la Haute autorité de santé au vaccin Pfizer

C'était un accord attendu : la Haute autorité de santé a donné son feu vert à l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNTech en France. Celui-ci "peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus", "du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant", a estimé jeudi la Haute autorité de santé (HAS). La "stratégie de priorisation" déjà annoncée (commencer par les populations les plus à risque de forme grave et les plus exposées au risque d'infection) reste valable pour ce vaccin, baptisé Comirnaty, ajoute l'avis de l'autorité sanitaire, qui constitue la dernière étape réglementaire avant le début de la campagne de vaccination dimanche.

"Nous confirmons que ce premier vaccin a bien une place dans la stratégie vaccinale, au regard tant de son efficacité que de son profil de tolérance, ce qui est une excellente nouvelle", a déclaré la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec, au cours d'un point presse en ligne. Cet avis est la dernière étape règlementaire avant le début de la campagne de vaccination.

Les premières vaccinations dès dimanche 

Les premières doses du vaccin conçues par les laboratoires Pfizer et BioNTech arriveront samedi en France. Pour l'instant, ce sont seulement "quelques dizaines" de patients qui recevront leur injection dimanche, avait précisé le ministre de la Santé, Olivier Véran. La campagne de vaccination va suivre une "stratégie de priorisation" pour injecter le vaccin anti-Covid aux personnes fragiles en premier lieu. 

Deux établissements ont été choisis : l'unité de soins de longue durée de l'hôpital René-Muret (AP-HP) à Sevran, en Seine-Saint-Denis, et le centre gériatrique de Champmaillot, qui dépend du CHU de Dijon. Il n'y aura en revanche pas de troisième établissement concerné dès dimanche, contrairement à ce qui avait été envisagé.

Macron n'est plus à La Lanterne, Castex déconfiné

Emmanuel Macron, qui ne présente plus de symptômes, ne passera pas Noël à La Lanterne, la résidence versaillaise dans laquelle il s'était isolé après avoir été testé positif au Covid-19 la semaine dernière.

Le Premier ministre Jean Castex et le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, tous deux cas contact d'Emmanuel Macron, ont mis fin mercredi à leur période d'isolement après avoir été testés négatif au Covid-19. "Cas contact du Président de la République, ne présentant aucun symptôme, et après avoir respecté une période d'isolement de 7 jours comme recommandé par les autorités de santé, le Premier ministre a procédé à un test PCR, mercredi matin. Ce test étant négatif, cette période d'isolement prend donc fin", a annoncé Matignon.

Premier Noël depuis l'apparition du virus

C'est un Noël à nul autre pareil que vivent de nombreux pays, contraints à des festivités souvent restreintes, voire plombées, par les restrictions ordonnées pour lutter contre la pandémie. Le pape François, chef spirituel des 1,3 milliard de catholiques dans le monde, a célébré la messe de la nuit de Noël dans la gigantesque basilique Saint-Pierre en présence de moins de 200 fidèles portant un masque de protection.

Des milliers de routiers européens ont passé le réveillon dans des conditions sommaires, coincés autour du port de Douvres au Royaume-Uni, qui sort lentement de l'isolement entraîné par l'apparition sur son sol d'une nouvelle souche du virus, plus contagieuse. Le port français de Calais prévoit une situation "totalement résorbée" samedi dans la journée.

Plus de 25 millions de cas en Europe, record de contaminations en Corée

Plus de 78,6 millions de cas de contamination ont été officiellement diagnostiqués au niveau mondial, avec plus de 25 millions de cas en Europe, selon le dernier comptage de l'AFP.

La Corée du Sud a fait état vendredi d'un nombre record de nouveaux cas de coronavirus (1.241). Les célébrations de Noël sont actuellement plombées par la troisième vague épidémique, les rassemblements de plus de quatre personnes sont interdits dans la région de la capitale Séoul depuis mercredi. Le pays, l'un des premiers touchés par la pandémie née en Chine, en était pourtant quasiment venue à bout avec son système de "tracer, tester, traiter", sans jamais avoir à imposer les confinements brutaux de l'Europe ou d'autres régions du monde.

Plus de 1.73 million de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1,74 million de morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019. Sur la journée de jeudi, 12.667 nouveaux décès et 692.731 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 3.299 nouveaux morts, le Mexique (861) et le Brésil (762).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 329.106 décès pour 18.655.012 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Au moins 6.298.082 personnes ont été déclarées guéries. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 189.982 morts et 7.423.945 cas, l'Inde avec 147.092 morts (10.146.845 cas), le Mexique avec 121.172 morts (1.362.564 cas), et l'Italie avec 70.900 morts (2.009.317 cas).

La pandémie a fait au moins 1,73 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi matin. Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé avec 326.232 morts, suivis par le Brésil (189.220 morts), l'Inde (146.756), le Mexique (120.311) et l'Italie (70.395).