EN DIRECT - Coronavirus : 30.312 morts en France, le risque de reprise épidémique demeure

, modifié à
  • A
  • A
30.312 personnes sont décédées du coronavirus en France.
30.312 personnes sont décédées du coronavirus en France. © Loic VENANCE / AFP
Partagez sur :
Le Covid-19 continue de circuler en France, et les chiffres de l'épidémie de jouer au yo-yo, selon un dernier bilan du ministère de la Santé faisant état de 30.312 décès au total. La Norvège a d'ailleurs repassé l'Hexagone en zone rouge, induisant une quarantaine obligatoire pour les Français qui voudraient se rendre dans le pays. 

L'épidémie de coronavirus va-t-elle repartir en France ? Pour l'instant, les chiffres ne sont ni vraiment rassurants, ni franchement inquiétants. Au total, 30.312 personnes sont décédées, selon un dernier bilan du ministère de la Santé. Le nombre de nouveau cas détecté reste à un niveau assez haut. Mais les hospitalisations baissent, le nombre de patients en réanimation joue au yo-yo, et les indicateurs précoces de l'épidémie sont toujours au vert. 

Pour éviter toute seconde vague, le masque est devenu obligatoire, même à l'extérieur, dans les zones les plus fréquentées de villes comme Toulouse, Tours ou Blois. Une mesure similaire devrait être prise prochainement à Paris.

Preuve que l'épidémie est loin d'être vaincue, la Norvège a annoncé jeudi qu'elle repassait la France en zone rouge, ce qui signifie que les Français devront observer une quarantaine s'ils veulent se rendre dans le pays.

Les principales infos à retenir 

  • 30.312 décès en France, le risque de reprise épidémique demeure
  • Le port du masque en extérieur devient obligatoire dans certaines zones de Tours, Blois et prochainement à Paris
  • La France classée rouge par la Norvège, avec quarantaine obligatoire pour ses ressortissants
  • 708.236 morts dans le monde, plus de 18,5 millions de cas de contamination

Le virus continue de circuler en France

Le dernier bilan du ministère de la Santé fait état de 30.312 personnes décédées du Covid-19 en France depuis le début de l'épidémie. Surtout, il contient des chiffres qui ne sont ni vraiment rassurants, ni franchement inquiétants. Du côté des points qui laissent craindre une résurgence de l'épidémie, il y a les nouveaux cas confirmés ces dernières 24 heures : 1.604, ce qui n'est pas négligeable. Du côté des patients en réanimation, les chiffres font du yo-yo depuis trois jours, alternant baisses et hausses qui, d'un point de vue tendanciel, sont difficiles à interpréter. Il y a aujourd'hui 390 malades dans ces services, ce qui reste très peu par rapport au pic de l'épidémie, où ils étaient près de 8.000. 

Du côté des chiffres encourageants, on retrouve le nombre de patients hospitalisés, toujours à la baisse, selon le bilan de la Direction générale de la santé. SOS Médecins et les services d'urgences ne constatent pas non plus de hausse de leur activité liée au Covid-19.

Pour teinter d'endiguer la propagation de l'épidémie, l'obligation du port du masque s'est multipliée ces dernières semaines dans plusieurs villes. A Tours, le masque sera obligatoire dans l'espace public de certains quartiers à partir de vendredi : le Vieux Tours, les marchés publics de plein air et les zones à forte densité. A Blois, à la demande du maire, le préfet du Loir-et-Cher a pris un arrêté publié mercredi, rendant obligatoire le port du masque "du 6 août (jeudi, ndlr) au 30 septembre (...) sur le périmètre Coeur de Ville, les marchés, les vide-greniers et les brocantes". Une décision similaire devrait être prochainement prise à Paris. 

Preuve que la circulation du virus est toujours importante, la Norvège a annoncé jeudi qu'elle repassait la France en zone rouge. Cela induit une quarantaine obligatoire de dix jours pour tous les voyageurs arrivant de l'Hexagone dans le pays scandinave.

Le CAC 40 dans le rouge

Les entreprises du CAC 40 prises dans leur ensemble ont accusé une perte nette au premier semestre à cause des perturbations provoquées par la pandémie de Covid-19, selon un décompte provisoire réalisé jeudi par l'AFP. Les 37 sociétés de l'indice phare parisien qui ont déjà diffusé leurs résultats semestriels ont accumulé 400 millions d'euros de perte nette sur la première moitié de l'année, alors qu'elles avaient dégagé près de 44 milliards d'euros de bénéfices net sur la même période l'an dernier.

Ces groupes ont engrangé un chiffre d'affaires cumulé de plus de 535 milliards d'euros au cours de la période, en chute de 17,7%.

Les restrictions à l'international se multiplient 

En Tunisie, le ministère de la Santé a annoncé l'obligation de porter un masque sanitaire dans tous les espaces publics, sous peine de sanctions, tandis que les les habitants d'Aberdeen (Ecosse) vont connaître de nouvelles restrictions, avec la fermeture des pubs et des restaurants et la limitation des déplacements dans un rayon de cinq miles (huit kilomètres) autour du domicile pour les loisirs. L'Italie, quant à elle, menace Ryanair de suspendre son autorisation de vol dans le pays, en raison du non-respect des règles de sécurité imposées en raison de l'épidémie de coronavirus. En Allemagne, les tests seront désormais obligatoire pour les voyageurs de retour d'une zone à risque : la plupart des pays hors Union européenne, trois régions espagnoles et la province belge d'Anvers. 

En Australie, à Melbourne, seuls les commerces "essentiels" ont ouvert leurs portes pour une nouvelle phase de confinement plus stricte, pour tenter de contenir la propagation de la deuxième vague épidémique.

1.262 décès en 24 heures aux États-Unis, Trump épinglé par Facebook

Les États-Unis ont enregistré au cours des dernières 24 heures 1.262 nouveaux décès liés au Covid-19, selon le comptage mercredi à 20h30 (00H30 GMT jeudi) de l'université Johns Hopkins, qui fait référence. Un chiffre similaire à celui de la veille qui porte à près de 158.000 le nombre total de morts recensées dans le pays depuis le début de la pandémie de nouveau coronavirus, apparu en décembre en Chine. Les Etats-Unis ont par ailleurs relevé 53.158 nouveaux cas d'infection sur une journée, pour un bilan total de 4,82 millions. 

Le pays est de loin le plus touché au monde par la pandémie en valeur absolue, mais le président Donald Trump, résolument optimiste, a affirmé mercredi que le virus allait "disparaître". "Cela ne fait pas le moindre doute dans mon esprit, il va disparaître", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche sur le Covid-19.

Facebook et Twitter ont d'ailleurs durci le ton avec le président américain. Le réseau social a retiré mercredi de sa page une vidéo qui enfreignait ses règles sur la désinformation autour de la pandémie, où Trump affirmait que les enfants étaient "presque totalement" immunisés contre le virus. Twitter pour sa part a interdit mercredi au compte de campagne de Donald Trump (@TeamTrump) de continuer à tweeter tant qu'il ne retirait pas cette vidéo.

Plus de 700.000 morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 708.236 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 11 heures. Plus de 18.843.580 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 11.159.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Sur la journée de mercredi, 6.863 nouveaux décès et 262.116 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 1.437 nouveaux morts, les États-Unis (1.262) et l'Inde (904).