Du gras le matin, un repas léger le soir : comment mincir grâce à la chrononutrition

, modifié à
  • A
  • A
Il est possible de mincir grâce à la chrononutrition. 2:25
Il est possible de mincir grâce à la chrononutrition. © Pixabay
Partagez sur :
Du gras le matin, de la viande à midi et du poisson le soir : la chrononutrition est un programme d'alimentation basé sur une répartition précise des apports au cours de la journée. Invité d'Europe 1 lundi, son concepteur, le médecin Alain Delabos, explique comment appliquer ce principe pour mincir.
INTERVIEW

Le principe de la chrononutrition est simple : il s'agit de manger les bons aliments, au bon moment. "C'est un retour aux habitudes alimentaires ancestrales. Les hommes des cavernes, comme les carnivores actuels, se nourrissaient en utilisant le cerveau primitif. La chrononutrition donne la possibilité de suivre ce cerveau primitif", explique Alain Delabos, médecin concepteur de cette méthode. Invité de Sans Rendez-vous sur Europe 1 lundi, il donne quelques conseils pour mincir grâce à la chrononutrition. 

Du gras au petit-déjeuner

Pour rééquilibrer son alimentation avec la méthode de la chrononutrition, il est nécessaire de tenir compte du cycle naturel. Pour commencer la journée, Alain Delabos conseille donc d'ingérer des gras saturés, dont l'utilisation est optimale en début de journée. "Le meilleur, c'est le fromage. Et plus c'est gras, mieux c'est." Au petit-déjeuner, il faut miser sur de la baguette grillée, pour l'apport en céréales, avec du beurre, ou de l'huile d'olive en cas de cholestérol, le tout accompagné de fromage. "Le matin, c'est le moment où l'on peut s'autoriser toutes les fantaisies", précise le médecin.

Des protéines au déjeuner

Au déjeuner, exit les entrées, salades, desserts et autres gourmandises. Il faut miser sur un plat consistant, de préférence de la viande, accompagné de féculents. "Moi, je mange un steak et des frites à peu près tous les midis", explique Alain Delabos. Certaines personnes préfèrent toutefois varier. "C'est souvent la lassitude devant la répétitivité des menus qui pousse les gens à s'éloigner des programmes alimentaires. Il faut donc un maximum de permissivité." Viandes grillées, en sauce, marinées… Peu importe tant que le compte de protéines y est.

Contrairement à ce que l'on croit souvent, la chrononutrition n'est nécessairement synonyme de repas à heure fixe. "C'est l'appétit qui commande. Plus on est expérimenté, plus on arrive à bien le gérer." En bref, il faut manger en fonction des dépenses d'énergie prévues dans la journée. Mais attention, si l'on mange léger au déjeuner ou si l'on saute un repas, par manque de temps par exemple, pas question de se rattraper avec un festin le soir. 

Du poisson au dîner

"Si on mange lourd le soir, on ne va pas assimiler", avertit Alain Delabos. D'autant que si l'on a bien mangé plus tôt dans la journée, comme le médecin le recommande, on aura probablement peu d'appétit à l'heure du dîner. Le mieux est de manger du poisson ou des fruits de mer, accompagnés de légumes. Entre les repas comme après le dîner, il faut à tout prix éviter de grignoter. Autre habitude à bannir : les yaourts et tous les produits laitiers riches en lactose et en facteurs de croissance. "Si vous voulez éviter le cholestérol, ces aliments sont à supprimer passé l'âge de 2 ans."

Adaptée aux adultes comme aux enfants, la chrononutrition "ne sert pas qu'à mincir", précise Alain Delabos. "C'est simplement une application de la chronobiologie humaine."

Europe 1
Par Laetitia Drevet