Il y a trois "versions" du Covid-19 en France, et une pose particulièrement question...

, modifié à
  • A
  • A
D'après "les premières constatations" d'une étude de l'Institut Pasteur, une souche du coronavirus responsable des cas asymptomatiques serait à l'origine de l'épidémie française. (photo d'illustration) 1:20
D'après "les premières constatations" d'une étude de l'Institut Pasteur, une souche du coronavirus responsable des cas asymptomatiques serait à l'origine de l'épidémie française. (photo d'illustration) © Pixabay
Partagez sur :
Une étude menée par l'Institut Pasteur a mis en lumière qu'il existe trois "versions" du Covid-19 en France. Si les deux premières ont été circonscrites et ne circulent plus, la dernière, vraisemblablement à l'origine des cas asymptomatiques, serait responsable de l'épidémie qui s'abat sur le territoire. 

Et si les patients asymptomatiques étaient à l'origine de l'épidémie de coronavirus en France ? Ce sont "les premières constatations" d'une étude publiée par l'Institut Pasteur expliquant la méthode employée par les épidémiologistes pour traquer l'évolution du Covid-19 depuis son apparition en France, en janvier dernier. Un peu comme des policiers, ils se sont basés sur "l'ADN" du virus, son code génétique, pour suivre son évolution et son déplacement.

Trois "versions" du Covid-19

Rapidement, l'étude a mis en lumière qu'il y a en réalité trois "versions" du Covid-19 en France, quasi-identiques. Cette découverte leur permet de déterminer, à chaque nouveau cas, une appartenance à un groupe de contamination. Ainsi, ils savent que deux variantes ont pu être circonscrites grâce "aux mesures prises pour empêcher la propagation du virus à partir de cas symptomatiques", et qu'elles "n'ont pas donné lieu à une transmission étendue sur le territoire".

La propagation du virus en France associée à des cas asymptomatiques ?

Mais c'est la troisième souche du coronavirus qui pose question, celle-là même qui est la source du premier cluster français, celui de l'Oise, mais aussi vraisemblablement à l'origine des cas asymptomatiques et de la propagation du virus sur le territoire. "D'après nos premières constatations, au vu des souches séquencées, la propagation du virus en France est associée à des cas asymptomatiques", indique Etienne Simon-Loriere, virologue à l'institut Pasteur et co-auteur de l'étude. Une découverte essentielle pour comprendre le Covid-19, mais aussi pour la mise en place du déconfinement.

"Il ne suffira pas simplement de suivre à la trace les gens malades", prévient-il au micro d'Europe 1. "De nouveaux patients vont arriver et il faudra surveiller leur entourage, ceux qui ont simplement une petite toux ou un peu de fièvre, mais aussi ceux qui sont en pleine forme, parce qu'ils pourraient largement contribuer à faire de nouveau circuler le virus."

Reste cependant un mystère à élucider : le chemin parcouru par cette souche jusqu'en France. On ne peut pas conclure avec certitude que ce virus vient d’Italie ou de Chine. Selon les chercheurs, le Covid 19 a très bien pu passer aussi par la Suisse, le Liban ou l'Egypte, qui ont connu des cas très tôt.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Ugo Pascolo