Coronavirus : "L’enjeu, ce sera la sortie du confinement"

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron devrait annoncer mercredi soir un nouveau confinement d'au moins quatre semaines.
Emmanuel Macron devrait annoncer mercredi soir un nouveau confinement d'au moins quatre semaines. © GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :
Le gouvernement devrait annoncer mercredi soir un reconfinement d’une durée d’au moins quatre semaines. L’épidémiologiste Dominique Costagliola a estimé sur Europe 1 que "l’enjeu sera la sortie du confinement", afin de ne pas être confronté à une troisième vague.  
INTERVIEW

La France s’apprête à vivre un nouveau confinement. Emmanuel Macron devrait annoncer mercredi soir une fermeture quasi-totale du pays pour au moins quatre semaines, alors que la deuxième vague de coronavirus continue de faire des ravages. Mais pour l’épidémiologiste Dominique Costagliola, "l’enjeu sera la sortie du confinement". "Il faudra convaincre les gens de respecter les mesures si on veut éviter de revenir à un confinement", a-t-elle analysé sur Europe 1.

Télétravail et protocoles sanitaires renforcés 

Dominique Costagliola a préconisé l'adoption de sévères mesures de restriction au moment du déconfinement afin de ne pas vivre une troisième vague. "(Le confinement) n’a d’intérêt que pour voir les mesures qu’on gardera après. Il y a le masque obligatoire, le télétravail, des protocoles sanitaires plus raisonnables que ceux qui sont adoptés actuellement, comme dans les écoles. Il faut continuer à privilégier le distanciel, notamment dans les universités, même si on ne peut pas faire que ça", a conseillé l'épidémiologiste. 

Rendre le masque obligatoire "à partir de 6 ans" dans les écoles 

L'exécutif pourrait également choisir de laisser les écoles ouvertes, contrairement au confinement du mois de mars. Dominique Costagliola approuve cette idée, à condition de renforcer considérablement le protocole sanitaire. "Si c’est avec le protocole actuel, qui est totalement insuffisant, ce n’est pas une bonne idée. Il faudrait rendre le masque obligatoire à partir de 6 ans. Si on leur explique les choses, les enfants le porteront aussi bien que les adultes", a-t-elle assuré. 

"Je n'ai pas compris pourquoi on n'a pas incité au télétravail dès le déconfinement"

Dominique Costagliola a ensuite critiqué le gouvernement, coupable selon elle de ne pas avoir suffisamment incité les entreprises à recourir massivement au télétravail lors du déconfinement l'été dernier. "Je n’ai jamais compris pourquoi on n’a pas incité au télétravail dès le déconfinement, dans les activités où c’est possible", a-t-elle déploré. "Le fait d’égrener au fil du temps, mesurette par mesurette, fait qu’on court tout le temps après le virus, puis qu'on est submergés, comme à l’heure actuelle", a ajouté l'épidémiologiste, qui concède que la deuxième vague a submergé de nombreux pays européens et pas uniquement la France. 

"Il est juste de dire qu’assez peu de pays démocratiques s’en sont assez bien sortis. Je ne dirais pas que la France est le pays où ça se passe le plus mal, ça ne se passe pas bien en Angleterre ou en Suisse, sans parler de l’Espagne. On va attendre la fin de cette crise pour faire l’évaluation."