Coronavirus : comment Emmanuel Macron a pris la décision de reconfiner

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron 1:25
Le président de la République Emmanuel Macron s'adresse aux Français à 20 heures. © AFP
Partagez sur :
Face à la circulation active de l'épidémie de Covid-19, le président de la République Emmanuel Macron doit trancher. Il doit s'adresser à la Nation à 20 heures, à l'issue de deux Conseils de défense en 24 heures. Mais selon les informations d'Europe 1, le chef de l'Etat aurait pris sa décision dès dimanche soir. 

Emmanuel Macron s'adresse aux Français mercredi à 20 heures. Il devrait, selon les informations d'Europe 1, annoncer un nouveau confinement sur l'ensemble du territoire pour une période, reconductible, de quatre semaines, afin de lutter contre la circulation de l'épidémie de Covid-19. Un Conseil de défense, le deuxième en 24 heures, aura lieu dans la matinée mais c'est dans le plus grand secret, dimanche soir, que le chef de l'Etat aurait pris sa décision. Soit 36 heures avant la première réunion du Conseil de défense, qui s'est tenue mardi à l'Elysée.

Un nouveau confinement généralisé pour une période de quatre semaines reconductible : c'est le scénario que tout le monde redoutait. La seule solution, en vérité, pour maitriser efficacement cette nouvelle vague épidémique, confie un conseiller de l'exécutif. "Un durcissement du couvre-feu n'aurait pas permis un freinage suffisant du virus, dans un contexte de saturation totale des hôpitaux dès la mi-novembre", souligne-t-il. 

Autre argument qui a convaincu Emmanuel Macron : un confinement localisé aurait été "une incohérence épidémiologique car tout le territoire est touché de façon plutôt homogène".

Objectif : sauver Noël

A situation exceptionnelle, organisation exceptionnelle. Mardi, le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kholer et le directeur de cabinet du Premier ministre Nicolas Revel, ont organisé une réunion interministérielle d'urgence, dans le bunker souterrain de la place Beauvau.

L'objectif était d'annoncer ces mesures aux plus hauts responsables des différentes administrations. Le message a été clair : il faut que ça fonctionne, pour avoir une chance de sauver Noël. 

Europe 1
Par Louis de Raguenel, édité par Mathilde Durand